Projet de thèse en l’état : première année

Voici le premier écrit de mon travail de réflexion que je publie ici afin de pouvoir donner une base claire et transparente qui sera à remettre en perspective constamment avec les avancées de mes travaux.

Poïétique et patrimonialisation en Nouveau Territoire de l’art Expériences du tiers-lieu au travers des pratiques de carnet 

sept. 2019

Résumé 

Le tiers-lieu artistique et son histoire impliquent des conditions et effets sur la poïéique. Les interactions entre un lieu, sa nature, son inscription historique et patrimoniale, avec les conditions de création, sociales, anthropologiques, créatives, des plasticien.nes, sont un terrain d’expériences et de problématiques dont l’outil carnet permet de cristalliser les enjeux et tensions. En s’inspirant des méthodes de dessin d’observation et de collecte des botanistes, tout en s’inscrivant dans l’évolution contemporaine du carnet d’artiste, un travail d’observation, de définition et de dé-définition questionne et met en abîme les interrelations et intermédiations qui se jouent dans ces lieux particuliers, afin d’expérimenter les sédimentations de la matériologie de la friche et des artistes qui l’habitent, et de questionner, ce qui fait friche, tiers ou marge dans l’art des squats. 

_______________________________

Musée Igor Balut au 59 Rivoli, Paris, novembre 2019

Dans la perspective d’amener à un niveau supérieur de profondeur et de remise en question ma recherche entreprise en master d’histoire des arts (17/20 mention TB), j’envisage une thèse dès septembre 2019, en arts plastiques, afin d’y intégrer ma pratique et de la lier avec mes interrogations théoriques dans un esprit de dialectique. Je souhaite appliquer à ma thèse de création-recherche la rigueur méthodologique de ma formation en HDA, tout en me conformant aux attendus plus précis du département Arts Plastiques, et en m’engageant avec sérieux dans les activités scientifiques du laboratoire LARA-SEPPIA. 

La transversalité de ma problématique invite à construire des outils théoriques s’inspirant de diverses approches, et nécessitant un recul critique et méthodologique continu, ainsi qu’une rigueur forte. D’où l’envie de vouloir travailler avec M. Patrick Barrès et Mme. Sophie Lécole Solnychkine, dont certains écrits et travaux artistiques m’ont directement influencée pour mes travaux antérieurs. Je pense notamment au livre Expériences du lieu de Patrick Barrès et à la journée d’étude organisée par Sophie Lécole Solnychkine “Végéter – une écologie des formes à partir du végétal”. Ces derniers travaux m’ont introduite à un point de vue plus proche de la nature et de la botanique, duquel je me suis servie dans mon M2 pour mettre en lumière certains enjeux territoriaux et patrimoniaux, et pour illustrer la déconstruction de stéréotypes que j’ai tenté d’engager par rapport aux artistes créant en milieu marginal. Explorant ainsi la piste du carnet de dessin et d’indexage du botaniste appliqué au milieu naturel de la friche et de ces artistes, le carnet semble pouvoir jouer un rôle d’archivage, d’indexation des pratiques de création et de leur diversité, se posant donc comme un outil de la patrimonialisation des lieux interstitiels. Il s’agit maintenant de définir les termes clé de ma réflexion et de faire transparaître à tous les niveaux de ma recherche, en particulier dans la pratique, la notion de friche. Je m’intéresse à la poïétique en milieu alternatif, en particulier en squat et post-squat d’artiste, et autre interlieu, réunis sous l’appellation générique Nouveau Territoire des Arts (NTA). J’ai débuté mes recherches et mon engagement dans ces lieux il y a dix ans à Berlin au Tacheles notamment, puis à Paris au 59 rivoli, mais aussi dans d’autres lieux ou j’ai pu effectuer des voyages 

d’observation et des entretiens, comme par exemple à la Friche Lamartine à Lyon. Mon master recherche m’a permis d’approfondir et de structurer mes réflexions avec une rigueur qui m’a été toute bénéfique, imposée par mon exigeante directrice Mme Evelyne Toussaint. Elle m’a permis de reconsidérer critiquement la militance de mon engagement et d’incorporer un point de vue historien et théorique dans mes écrits. J’ai travaillé sur deux lieux toulousains : La Chapelle et Mix’art Myrys, en m’intéressant, tout comme je l’ai fait pour les lieux précédemment cités, à deux aspects précis comme base et matière première de travail. Les archives de ces lieux et les questions soulevées par la patrimonialisation des squats ayant plus de vingt années d’existence. J’ai enrichi ma réflexion d’entretiens avec les plasticiens qui pratiquent ces lieux. Mme Toussaint savait dès le début de mon master que j’évolue dans la recherche avec une pratique plastique en parallèle, et que je souhaite enseigner en école d’art. La pratique prenant une place de plus en plus considérable, nous avons convenu ensemble qu’une thèse en arts plastiques me correspondait mieux, et permettrait d’explorer la dimension dialogique entre création et réflexion. Je profite dès cette rentrée également d’une première expérience de communication scientifique dans le cadre d’un cycle de conférence d’histoire des arts au Pavillon Blanc de Colomiers ainsi que dans un cycle de deux journées d’études où j’ai été invitée à participer dans le champ plus précis de mon sujet, à Paris au 59 Rivoli pour le projet “Archives Communes pour lieux hors du commun”. 

Ce début de thèse représente une opportunité pour reconsidérer radicalement ma pratique et la mettre au coeur de ma démarche de chercheuse. Afin d’accompagner cela, je met cette année en place un accompagnement personnalisé avec Jean-Philippe Escafre, qui enseigne le dessin, pour pousser ma pratique plastique plus loin dans l’idée de la friche, du tiers-lieu, de la définition même du terme “tiers”, avec comme objectif une mise en perspective théorique qui puisse se baser, partir de, ma pratique. 

Je m’intéresse à la poïétique en contexte de tiers-lieu, et aux interactions entre un lieu, sa nature, son inscription historique et patrimoniale, avec les conditions de création, sociales, anthropologiques, créatives, des plasticien.nes. La multitude d’expériences du lieu, d’effets du lieu, m’intéresse. Le choix du double axe archives/entretiens m’a permis jusqu’ici d’expérimenter les sédimentations de la matériologie de ces lieux et des artistes qui les habitent, tout en étant consciente du travail de déconstruction à effectuer concernant les clichés et stéréotypes s’y logeant. Le travail de pratique viendra apporter un autre point de vue qu’il faudra lier avec l’analyse d’archives et le traitement d’entretiens libre n’ayant pas de forme méthodologique sociologique, présentant ainsi, eux-mêmes, une “mise en friche”. 

Le lieu et son histoire impliquent des conditions et effets sur la poïétique, et lors de mes deux années de recherche en terrain toulousain j’ai pu constater une cristallisation de ces tensions dans l’outil de travail carnet, agissant comme catalyseur de questionnements et de recherches chez certains artistes dont le travail m’a particulièrement intéressé. J’aimerais approfondir ces liens et ces tensions et essayer de comprendre les interrelations et intermédiations qui se jouent dans ces lieux particuliers. 

La méthode que j’aimerais utiliser lierait une approche empirique via des études de cas en situation, en utilisant ma pratique autour du carnet pour en questionner son rôle dans le processus créatif, rôle de support, d’outil. Ce à quoi j’aimerais lier des entretiens et observations d’artistes actifs en friches, et une recherche théorique sur les enjeux et notions de ces axes de réflexion, en poussant ma curiosité intellectuelle vers des disciplines comme le paysage, la philosophie, la géographie culturelle, l’anthropologie, l’esthétique, la médiologie, la sociologie de l’art et les études culturelles. 

L’objectif de mon projet serait d’aider à mieux comprendre ces lieux et leurs artistes en déconstruisant les stéréotypes qui y sont liés dans l’imaginaire artistique collectif. Il s’agit de démontrer qu’ils sont des viviers artistiques, des écosystèmes à part entière, acteurs de larges réseaux, interagissant de manière particulière et intéressante avec l’institution, questionnant de nombreuses notions et permettant une riche hodologie réflexive. 

Néanmoins, ce sont aussi des lieux qui sont pénalisés par des idées préconçues excluantes qui discréditent leur propositions intellectuelles et artistiques au nom d’une excellence culturelle dans laquelle la pratique amateur, autodidacte et alternative n’aurait pas sa place. 

1) Premiers axes de recherche 

a) Nature 

Le parallèle avec la nature dans la réflexion sur les NTA (ex-squats) permet d’ouvrir les questionnements à d’autres espaces mentaux. L’idée que les artistes créant en milieu marginal sont semblables aux “mauvaises herbes” qui reprennent possession des friches industrielles abandonnées pour y cultiver une nature diverse et libre, subissent des discriminations et catégorisations de par la géographie même de leur lieu de travail, porte à reconsidérer le concept de déterritorialisation de Deleuze et Guattari. Dans une moment de passage où le graffiti peut être une exemplification de la seconde vie de ces lieux, la question de la place de l’artiste en squat, de sa catégorisation dans le monde de l’art, des stéréotypes qui lui sont affiliés, et de leur conséquences, se pose. 

Il semble alors intéressant de s’inscrire dans la lignée des idées développées notamment par Gilles Clément sur le tiers paysage mais aussi sur les travaux de certains chercheurs ayant exploré les terrains en marge comme celui de Notre Dame des Landes par exemple, avec des relevés botaniques, des recherches photographiques et des coupes et plans architecturaux. Ce pan de recherche assez nouveau interroge notre façon d’appréhender ce nouveau patrimoine, industriel, déchu, de la transition sociétale dans laquelle nous vivons, et ainsi, mettre en lumière les possibilités diverses d’un avenir, mais aussi les malversations perverses d’exploitation de ces espaces, comme par exemple la spéculation immobilière qui récupère à son compte les caractéristiques esthétiques du “mouvement squat” (DIY, graffiti etc). Exploiter le pan naturel et écologique de la recherche en lien avec l’art permet donc de construire des outils de travail pour appréhender et mieux comprendre le sujet. 

Il s’agit de mieux envisager l’écosystème de la friche, répondant ainsi à des enjeux esthétiques, formels et plastiques, en tentant de les relier à des micro-phénomènes naturels, utilisant la biosphère pour pouvoir les illustrer et les explorer. 

b) Récit 

Le point de vue archivistique est intéressant dans le sens où il autorise une base de ressources, une sédimentation de documents d’une diversité inépuisable, entre l’archive orale, vidéo, papier, photographique. L’archive représente un intérêt dans le sens où elle cristallise le 

processus de patrimonialisation et ses ambiguïtés dans le milieu alternatif, mais est aussi une véritable matière première plastique. Que font les artistes du passé du lieu qu’ils occupent ? 

Le récit se retrouve également dans la forme plastique du carnet, avec un aspect narratif, qu’il suive le parcours d’une idée de sa genèse à sa réalisation, utilisé comme support, outil de travail et de réflexion, ou bien comme objet artistique à part entière. Le carnet semble alors cristalliser un point nodal entre différentes façons d’appréhender l’art, mettant en lumière l’art dit populaire et les catégories considérées mineures (scrapbooking, aquarelle, collage). Le carnet est connoté et son histoire m’intéresse. Tout comme les arts dits mineurs, à la base de ma pratique. 

Lier ainsi le monde archivistique, envisagé presque comme un milieu naturel, le terrain industriel en décombres et ce qui en naît, via l’objet carnet, ce qu’il représente, ce qu’il autorise, permet un angle d’étude particulier, qui peut se relier avec les carnets de croquis de botanistes comme Francis Hallé, suivant une logique d’indexation et de patrimonialisation appliquée au monde alternatif. Les notions de collecte, le passage de la collecte à la collection, puis à l’indexation, voire au référencement, les nuances entre ces termes, devront être exploités en premier lieu, avec un cadre de références autour du carnet d’artiste contemporain et de ces déviances dans diverses directions marginales autour des pratiques alternatives des années 1980 à aujourd’hui qu’il faudra construire et fortifier au travers d’une intense recherche liée aussi à l’avancement des explorations pratiques. 

c) Pratiques 

La pratique artistique de l’interstice, de l’occupation, se décline en de multiples approches. En explorer la diversité via les entretiens d’artistes, mais aussi via un travail de collecte, d’observation, sous forme photographique, textuelle, de croquis et de collage mis ensemble en la forme de carnets, pourrait être une façon de lier entre eux ces éléments et de mettre en abîme pratique et réflexions sur les notions d’archive, de poïétique, de carnet. 

Il s’agit d’explorer diverses réponses au lieu et à ses effets sur la poïétique chez d’autres artistes, mais aussi d’en expérimenter les effets sur ma propre pratique en m’envisageant pleinement comme artiste-chercheuse. Le point de départ des carnets de botanistes peut-être intéressant mais il faut l’exploiter de sorte à ne pas rester dans la superficialité, ce pour quoi je pense avoir besoin d’aide et de conseils. Il s’agit peut être aussi à terme de réfléchir à comment ne pas se faire “enfermer” dans le format carnet, et à quelles conséquences voir à quelles impasses et écueils cela pourrait mener, afin de les éviter. 

Il s’agit donc de mettre la création, la pratique, au coeur de mon travail, afin d’éviter l’écueil de fuite et de protection derrière les mots. Un travail de prise de distance par rapport au dessin d’observation, ou au dessin d’après photographie doit être envisagé au plus vite afin d’assumer et d’exploiter cette prise de risque. 

La question du regard et de son déplacement, sa migration, dans la conceptualisation du dessin, afin de mettre en culture et en pratique le regard et de permettre au terme friche de traverser les différents niveaux de pratique. Pratique en friche, entretien en friche, archive en friche, méthodologie en friche, ces associations peuvent être porteuses de sens et représenter un élément liant, assurant une cohérence de propos entre les polarités de ma recherche. 

Il s’agit de questionner ce qu’il y a de “tiers” dans ma pratique, 

La recherche-création que j’envisage suit une logique hodologique, et pour cette raison particulière le carnet me semble être un outil adéquat. Il s’agit donc maintenant d’en questionner ses représentations et significations. Mais aussi de faire des recherches plus approfondies sur sa valeur dans l’histoire de l’art et sur sa présence dans l’art actuel. Reste à voir si dès le début le choix se restreint, ou non, sur les carnets de type indexage botanique/zoologique. 

2) Méthodes de recherche envisagées 

a) Possibilités de mise en oeuvre 

Les questions des limitations de mon sujet est celle qui m’habite essentiellement pour le moment. J’aimerais donner à mon travail un aspect plus international et ouvert et ne pas me limiter au terrain toulousain, même si celui-ci pourrait absolument être le sujet d’un travail de thèse. Parlant quatre langues couramment et ayant fait une année d’université en Angleterre, j’aimerais écrire une version de ma thèse en anglais, et travailler sur un corpus de lieux et d’artistes internationaux. 

Il s’agirait ainsi de fixer un calendrier de travail échelonné de rendus et de réorientations, et possiblement aussi de voyages d’étude dans les lieux sélectionnés dans le corpus qu’il faudra établir ensemble au préalable. 

b) Entretiens : plasticiens, chercheurs, et plasticiens-chercheurs 

Les entretiens vont permettre d’identifier un peu mieux la rhizosphère des artistes travaillant en NTA, mais aussi des multiples réseaux de chercheurs qui se construisent actuellement dans le domaine. L’échange intellectuel que permettent les entretiens, comme j’ai pu le constater en ayant basé mes recherches en parties sur cet outil pendant mon master, permet souvent d’obtenir de nouvelles références de lectures, ce qui pousse à envisager la période des entretiens plutôt en première partie de thèse, en même temps que les lectures. Il faudrait ainsi constituer ensemble un corpus et voir combien de personnes il faudrait voir et de quoi il faudrait accompagner les entretiens (vues d’atelier, photographies) pour rendre cette matière opérante dans le cadre d’une thèse et la lier avec la pratique. 

c) Enjeux épistémiques 

L’enjeu principal est de déconstruire les a priori sur les artistes travaillant en milieu alternatif et décloisonner les disciplines quant à cet objet de recherche tout en cultivant un prisme de réflexion artistique et plastique. La question du qu’est ce qui fait tiers, qu’est ce qui fait friche, et qu’est ce qu’on en fait, la notion de formes tierces, de tiers, dans la pratique, seront la première entrée dans ces réflexions, qui devront être absolument liées, et même partir de, ma pratique. 

Les lieux alternatifs s’organisent depuis plus de dix ans progressivement en réseaux de recherche dans lesquels j’ai néanmoins constaté un manque de point de vue artistique, auquel est souvent préférée la sociologie, ou encore l’urbanisme, sans réelle transdisciplinarité. Ce travail pourrait répondre à des problématiques plastiques et esthétiques de production des artistes 

contemporains hors-système et de ce que cela dit justement sur notre société et le marché de l’art avec toutes les finesses et nuances qui en font l’intérêt. Lors de la journée d’étude “Végéter – une écologie des formes à partir du végétal” organisée par Sophie Lécole Solnychkine et Camille Prunet l’objectif était de “repérer des modèles d’organisation, de formes, une écologie des images permettant d’identifier les “surfaces d’échange” (Francis Hallé) entre disciplines” optique dans laquelle j’aimerais placer mon travail car je trouve ce point de vue sur la recherche ouvert tout en restant exigeant. 

Il faudra s’imposer une rigueur et une méthodologie particulières, liées aussi au fait de ne rien présupposer, de laisser venir, de co-construire, ne pas savoir à l’avance où l’on va. L’analyse et l’exploitation du lien carnet/atelier, de la posture de l’artiste-chercheur ou de l’artiste-curateur pourra être explorée via l’idée du laboratoire ouvert au public (comme l’atelier d’artiste dans la friche), via la dialogique du dedans/dehors, mais aussi l’articulation texte/image, texte/dessin. 

Bibliographie indicative : 

ARDENNE Paul, L’art dans son moment politique, Écrits de circonstance, Ante Post, Bruxelles, 2000.

BARRÈS Patrick, Expériences du lieu : architecture, paysage, design, Archibooks + Sautereau éditeurs, Paris, 2008.

BHABHA Homi K., RUTHERFORD Jonathan, “Le tiers-espace”, in Multitudes, 2006/3 (n°26), pps 95 à 107, via https://www.cairn.info/revue-multitudes-2006-3-page-95.htm?contenu=article

BOUILLON Florence, Les mondes du squat, PUF, Paris, 2009. CLÉMENT Gilles, Manifeste du tiers paysage, Éditions du Commun, Paris, 2014.

CLÉMENT Gilles, Thomas et le voyageur, Éditions Albin Michel, Paris, 2011.

COLIN Bruno et GAUTIER Arthur (dir.), Pour une autre économie de l’art et de la culture, Toulouse, érès, 2008.

DE CERTEAU Michel, L’invention du quotidien I. Arts de faire, Folio Essais, Gallimard, Paris, 1980.

DELEUZE Gilles, GUATTARI Félix, L’Anti-Oedipe, Capitalisme et schizophrénie, Éditions de minuit, Paris, 1972.

DELEUZE Gilles, GUATTARI Félix, Mille plateaux, Éditions de minuit, Paris 1980.

LAHIRE Bernard, La culture des individus, dissonances culturelles et distinction de soi, La découverte, Paris, 2004.

LAURENS Christophe, Notre Dame des Landes ou le métier de vivre, dessins des étudiants du DSAA Alt U, photographies de Cyrille Weiner, .

RAFFIN Fabrice, Friches industrielles. Un monde culturel européen en mutation, Logiques sociales, Paris, L’Harmattan, 2007

SERRALONGUE Bruno, Comptes rendus photographiques des sorties des Naturalistes en lutte sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, août 2015-avril 2017, Editions GwinZegal, 2019 

Intérêts de recherche : 

poïétique, nature/végétal en lien avec la friche, carnets d’artistes, intimité, mal-logement, art en prison et milieux difficiles, squats d’artistes, effets du lieu sur la création, création contemporaine à toulouse et au delà, jeunes artistes femmes, graffiti et street-art, interrelations entre alternatif et institution, lieux de création alternatifs, histoire des artistes marginaux 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olga Panella (20 novembre 2019). Projet de thèse en l’état : première année. Art wastelands. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d4ub


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search