Rencontre avec Boris Presseq, botaniste au Muséum de Toulouse : conversation autour de l’exclusion des espèces invasives comme outil de réflexion sur l’exclusion des humains.

entretien 1 : 12/03/20

figuier gare matabiau (à côté de sud)

sensibiliser existence et préservation flore sauvage

Pierre Olivier Cochard

repenser place de la nature en ville et par conséquent place de l’homme en ville 

flore méconnue, spontannée

anfractuosités du bitume

contexte hostile

stéréotypes vs nature : habitus, zone de confort

in article boudu mag : “La biodiversité est plus importante dans les espaces oubliés en ville que dans les parcs et les jardins, où la nature est très entretenue et où beaucoup d’espèces sauvages utiles à la faune sont supprimées” 

espèces moribondes

changer de regard

bienfaits des plantes urbaines sauvages : réduire les écarts thermiques qui abîment les murs en les ombrageant, lutter contre l’imperméabilisation des sols en permettant l’infiltration et donc des murs et des sols plus sains, ilôts de fraicheurs

fonctionnaires territoriaux 

depuis 2002 au museum (réouverture au 2007)

25 en 2002 160 aujourd’hui

Jean Jacques de Graille ?

Petit traité du jardin punk, Eric Lenoir

force colonisatrice

figuier garagiste à côté de rue Bonnat

stratagèmes

rupture avec végétal vient de loin : inertie mort de la nature dans l’oeil culturel de l’homme (point de vue fixe), domination par rapport au végétal (tailler, jardins à la française, tondre), humain ne supporte pas l’diée d’immortalité du végétal, combat inconscient contre l’immortalité (mutiler les plantes), dissonance cognitive entre animal (mort OU vivant) et végétal (plus complexe car vie cyclique, continue de vivre même si on coupe une partie)

Qu’est ce qu’être une plante ? livre de ?

plasticité génétique : énormément de réponses possibles (cf réchauffement climatique)

vivacité des réactions : force des réseaux sociaux, outils pédagogiques adaptés à son temps (brut nature)

voir nom du journaliste parisien

@ Nantes, Frédérique Soulard, asso belles de bitume : menace de plainte pr plagiat

écrire sur trottoirs = bien commun, n’appartient à personne, comme les plantes

se sentir inventeur, propriétaire d’une idée

voirie : vide juridique

rue avec petits traits près de rue des 36 ponts

endroit oubliés

écologue : définir un milieu, interprétation du paysage

écriture à la craie = poèmes

pollution puis misère sociale

misanthropie

espèces exotiques envahissantes : marginalisées, vues comme néfastes : transposition à l’humain 

naturalistes ont trop tendance à s’abstraire du monde

Jacques Tassin

proposer des projets très iconoclastes (Gilles Clément)

paysagistes élitistes

introgressions

ville du futurs : habitats libres

Ginestou, lac de sesquières

livre Toulouse, la nature au coin de ma rue, illustré

Belem, décrépitude, anciennes villes coloniales

Thailande, Chili, Congo : humanitaire cf agriculture nourricière, vices : FAO : néocolonialisme

marché noir des médocs en Afrique

vin de plantes

jardin de Musons (?) Borderouge : 3 hectares intouchés

Collisionologie des mondes de l’art, un questionnement autour des réseaux de recherche alternatifs : quelle place face à l’université ?

Les mondes de l’art sont-ils donc susceptibles, à partir de ces “braconnages” théoriques, de devenir à leur tour des foyers de production et de diffusion d’idées au-delà de leurs frontières ?

Les mondes de l’art sont ils susceptibles de devenir des foyers de production et de diffusions d’idées au delà de leur frontières ? Mais de quels mondes de l’art parle-t-on? 

Le circuit des idées, de leur légitimation à leur diffusion, n’est il pas victime d’une certaine institutionnalisation ? Si l’on change de point de vue et que l’on se place du côté de la marge artistique contemporaine, n’existe-il pas une inégalité d’accès aux ressources? La question peut se tourner positivement : l’isolement des sphères artistiques et théoriques marginales ne produit-il pas une incitation de production du savoir indépendante ? Quelle place donner à cette production de savoirs qui n’est pas directement reliée à un système universitaire ? 

L’exemple de la journée d’études Archives communes pour lieux hors du commun à Paris en novembre 2019, mais aussi du réseau de chercheurs Artfactories Autresparts en France et du réseau SqEK en Europe peuvent permettre d’approcher des réflexions plus poussées sur la manière dont se construit le savoir, en réseau, en échanges entre individus et mondes, entre contextes et appartenances. En particulier face à la notion d’archives des pratiques d’occupation temporaire d’espaces alternatifs dont le projet de recherche-action Memento est un exemple de co-construction participative du savoir.

Il y a cet espace “entre”, entre le monde de l’art institué et celui de l’art alternatif. Entre l’université et les espaces de formation indépendants et innovants. Cet interstice de la création en est aussi un pour la pensée et affecte la circulation d’idées en son sein. 

Comment les idées nouvelles émergent-elles dans ce contexte ?

Que l’on se définisse artiste-chercheur, chercheur en art, tenant de la création-recherche, de la recherche en création, la terminologie dans laquelle on se construit joue un rôle dans notre propre positionnement face à ces mondes, et face à ces espaces interstitiels dans lesquels nombre d’entre nous se placent.

Être positionné entre plusieurs champs lorsque l’on étudie l’art alternatif et ses lieux permet alors de se construire des réseaux solides qui prennent vie lors d’épisodes-noeuds, qui mettent à jour des véritables pôles de circulation des idées, comme l’est par exemple le Forum international des lieux intermédiaires et indépendants dont la troisième édition s’est tenue en juin 2019 exemptés de tout formalisme, favorisant une circulations d’idées entre disciplines, en mêlant un intérêt théorique et des usages pratiques, permettant d’établir des ponts et des axes transdisciplinaires pour ouvrir de nouvelles voies de co-construction du savoir.

Au delà du fait d’introduire, diffuser, et discuter de nouvelles idées, on remet en question leur place dans l’art contemporain, leur provenances et finalités, par le biais de l’analyse des circonstances précises dans lesquelles ces échanges intellectuels se produisent.

Ainsi au delà des concepts en vogue, des agents et institutions qui favorisent ou défavorisent les idées et personnages universitaires, il s’agit d’ouvrir le spectre de la recherche à d’autres provenances, de revoir les stratégies de légitimation et de les réaccorder avec les temps présents de la création. 

La posture du chercheur, les réseaux et les manières mêmes de produire du savoir changent. L’appropriation de références, la transmission, la vulgarisation, la construction même de l’intellectualisme en art, de l’accessibilité de la théorie contemporaine sont ébranlés par une volonté intergénérationnelle et transdisciplinaire qui revoit en profondeur le rôle des idées. Dans cette perspective positive, les mondes de l’art alternatif, cristallisés dans leur lieux, les NTA, s’imposent comme foyers de production et de diffusion d’idées avec une volonté de dépasser leurs frontières. Comment appréhender alors les liens avec le monde universitaire? Quels sont les stéréotypes dont souffrent ces relations s’il y en a dans le domaine de la recherche artistique, et dans le monde de l’art plus généralement ? Quelle place réserve la légitimation de circuits universitaires à ces chercheurs/ses qui ont construit leur expertise dans la pratique de ces lieux et dans la fréquentation de parcours formatifs, de grilles d’analyse et de bibliographies alternatives ? Ces chercheurs/ses souffrent ils/elles des mêmes préjugés qui touchent les artistes qui produisent en NTA? Comment dépasser ces aprioris dans un cadre qui se veut ouvert d’esprit ?

la place des idées dans l’art contemporain

Agamben, Butler, Deleuze, Foucault, Haraway; Latour, Rancière

concepts en vogue

anthropocène, object-oriented ontology, esthétique accélérationniste, post-internet

intense circulation d’idées

provenances et finalités nombreuses

effets de mode

intérêt théorique et usages pratiques

stratégies de légitimation

processus de transfert et d’appropriation d’idées

à l’intérieur même du champ artistique

introduire, diffuser, discuter de nouvelles idées

positionnement

circonstances précises dans lesquelles ces échanges intellectuels se produisent

agents et institutions qui les favorisent ou les défavorisent

figures intermédiaires

tirent profit d’être positionnés entre plusieurs champs

ENTRE l’université et…

facteurs qui stimulent et facilitent les circulations, facteurs qui les perturbent ou les freinent

réflexion sur la place à la fois marginale et valorisée du champ artistique dans l’économie générale du champ intellectuel

idées nouvelles émergent

interfaces entre art et monde

pôles de circulation des idées

circulations d’idées entre disciplines

autres provenances

appropriation des références, vulgarisation

anti-intellectualisme en art

intérêt de légitimité/légitimation intellectuelle

rôle des idées dans la promotion des lieux et des artistes

intérêt des collaborations artistiques pour les intellectuels

Séminaire de pratique à Mixart Myrys : appréhender le fragment.

Délinéamenter le milieu de la friche, 

une réflexion autour des pratiques et constructions d’un commun artistique.

Note dintention.

référente d’organisation : Olga Panella

invités : Patrick Barrès, Sophie Lecole Solnychkine, Sébastien Cassin, Anaïs Belchun

coordonnées : 42°37’05 » N – 1°25’12 » E 

Les questions qui nous animeront :

Comment le commun permet-il de faire milieu dans l’espace de la friche ?

Comment capturer le poids du lieu, rendre visible ses aspérités ? 

Comment dessiner les conditions de créations de l’artiste ? L’atelier ouvert, collaboratif (pôles bois et vidéo, Tetalab), l’atelier fermé, individuel ? 

Comment saisir l’atmosphère d’un espace ? 

Comment le dessin/la photographie peuvent être eux-mêmes influencés par le poids historique, climatique et atmosphérique du lieu ?

Quelle place occupe la végétation dans cette friche ? Et comment la dépeindre ?

Comment “lâcher prise” pour dessiner en ressentant véritablement le lieu et ses effets ? 

Objectifs : 

Savoir appréhender l’espace et le restituer par le dessin, la photographie, le texte, dans toute ses complexités. 

Dessiner l’artiste, l’atelier. Savoir saisir les subtilités d’univers personnels de création et les réinvestir dans une pratique personnelle. 

Mettre en lumière des aspects fragmentés du lieu et de sa force physique. Savoir les employer comme matière première à une création originale.

Je vous envoie les photos de deux dessins que j’ai réalisés lors du séminaire du 5 février. Celles-ci témoignent du travail en cours, de l’activité au coeur de l’atelier, intégrant le volet expérimental, des réglages d’ordre technique, une proposition d’installation. Ces deux dessins soulignent la saisie que fait Raphaël des paramètres du lieu et des variables du chantier. Un dessin pointe la question de l’emprise au sol, un autre met l’accent sur l’accroche aérienne.

Groupe
Ambiances
Matériaux
Anaïs Belchun

Pratiques du commun artistique en Nouveau Territoire des Arts, la friche comme noeud complexe entre singulier et pluriel.

L’étranger parmi les étranges est peut être l’artiste qui produit en friche. La notion d’occupation illégale, d’auto-détermination, la volonté de se distinguer des circuits de formation et de diffusion, place ces artistes dans un interstice de la création contemporaine. La distinction entre le “nous” et “les autres” met au jour des ambivalences, la position du puriste comme figure de héros se construisant à l’encontre de tout compromis en est une illustration. La création en ces lieux est située, porteuse d’une patrimonialisation ambiguë et depuis quelques années d’un réseau de recherche alternatif qui remet en question la place de la recherche et de ces réseaux d’appartenance et de légitimation.

La réalité de la précarité et de la complexité de la vie en communauté, ainsi que son isolement du reste du monde de l’art sous des critères souvent méprisants, révèle une facette plus sombre de la dualité singulier/pluriel. Néanmoins la diversité des artistes que l’on y trouve, leur culture transdisciplinaire, composée de pluralités qui forment un tout singulier, est libre de tout formalisme. Répondant à un besoin démocratique d’accès à l’art et à des espaces de travail peu onéreux, les lieux alternatifs proposent à des profils singuliers de s’inscrire dans un tout qu’il faut éprouver pour en construire des pratiques du commun artistique. 

Ainsi, ces lieux uniques, héritiers d’une culture française du squat, que l’on rassemble aujourd’hui sous l’acronyme NTA (Nouveaux Territoires des Arts), sont des noeuds de problématiques et de réseaux passionnants, jouant constamment de l’équilibre fragile entre singulier et pluriel et des multiples questionnements qui en découlent.

Éréthisme de la nature en ville : les dispositifs de contrainte observés par le prisme de pratiques artistiques et de pensées végétales.

Version courte :

Dans un contexte où l’homme repense son positionnement avec la nature, entre misanthropie et anthropocentrisme, le constat duquel nous partons est celui de la violence. Violence des dispositifs de contrainte humaine en milieu urbain. Enrochement, dépôt de troncs d’arbres, douves, barrières, barbelés concertina, défoncement de terrains au bulldozer pour les rendre inaccessibles, le modèlement profond de nos paysages sur notre habitus visuel, notre manière d’appréhender nos espaces, induit un bouleversement perceptif dont les travaux et points de vue sur lesquels se base cette réflexion, sont l’illustration et permettent un questionnement vaste. 

Si le monde végétal peut être réapproprié par des forces contraignantes et normatives, induisant un cercle pervers dans lequel l’homme est empêché d’habiter par les matériaux mêmes de base de l’habitat (bois, pierre/végétal,minéral) la friche comme espace de liberté et de résistance, par la diversité de ces habitants, végétaux ou humains, ouvre de nouvelles possibilités réflexives et plastiques, au moins pour un temps, qui permettent, par l’observation de la nature, de comprendre l’homme.

Travailler un autre rapport aux territoires vivants en les pratiquant, les observant et en se laissant investir par eux permet une prise de recul quant à nos zones de confort et à notre manière d’habiter la ville, reconsidérant par là même la place des invisibles, des anonymes, et comment certaines pratiques artistiques et visions du végétal peuvent permettre de leur rendre une certaine humanité, comme l’exprime l’artiste Myr Muratet au sujet de sa série Wasteland : «Si ces espaces sont des habitats-refuges pour les plantes et les animaux, ils le sont aussi pour les humains.»

Comment cette perception élargie de la ville et de ceux qui la vivent vient-elle remodeler les représentations que l’on s’en fait ?

Dans la voie ouverte par les Situationnistes et Fluxus, la ville sous son sens grec de polis, comme lieu de sentiments et de conflits, est travaillée à la façon de Francis Alÿs : ”à partir des résidus ou des espaces négatifs, des trous, des espaces entre”. Au travers de mediums divers, les artistes dépeignent des populations vivantes, au travers d’une ville que l’on parcourt, visibilisant avec la même méthode, les plantes et les populations, mais aussi les stratagèmes qui les marginalisent. Croiser les éclairages théoriques des écologues, botanistes et physiologues du végétal avec les pratiques réflexives d’artistes permet de visualiser la rupture profonde entre l’homme et la nature, son historiographie, mais aussi les analogies mentales comme le parallèle entre les espèces envahissantes (frelon asiatique, adventices) et les populations humaines marginalisées (migrants, graffeurs, frichards, biffins). Par le biais de l’analyse des dispositifs de contrainte, de la récupération utilitariste de leur sémantique, une analyse de notre condition humaine et de comment elle n’est pas attribuée à certains d’entre nous, permet d’envisager la dialogique entre ville et nature dans un regard questionnant.

version longue (suite de la courte, avec les analyses artistiques complétées d’images) :

Dans un contexte où l’homme repense son positionnement avec la nature,entremisanthropie et anthropocentrisme, leconstat duquel nous partonsest celui de la violence.Violence desdispositifs de contrainte humaine en milieu urbain. Enrochement(pose à intervalles serrés sur l’ensemble du terrain de lourds rochers calcaires), dépôt de troncs d’arbres immenses, entraves à la circulation de véhicules, entraves à la construction d’abris et d’habitats, douves, barrières, barbelés, défoncement de terrains au bulldozer pour les rendre inaccessibles etc.Lemodèlement profond de nos paysagesque cesajoutsde matières engagent, sur notre habitus visuel, notre manière d’appréhender nos espaces, induit un bouleversement perceptif dont les travaux et points de vue que nous aborderons dans cette réflexion, sont l’illustration, mais pas seulement, car ils permettent un questionnement vaste. 

En effet, si les dispositifs de contraintes en ville issus du milieu naturel refaçonnent la ville et son paysage, un contre sens se construit quant à leur identité de matériau (bois, pierre/végétal,minéral) initialement pensé par l’homme pour construire des habitats, et leur nouvelle sémantique d’objets destinés à produire une gêne assez conséquente pour empêcher la construction de ceux-ci lorsqu’ils sont déstinés à des populations précaires invisibilisées.Par l’entrecroisement de pensées plastiques et de théories végétales, façonnant notre manière de questionner ce qui nous entoure, nous analyseront les logiques de réappropriation de la nature, pour contraindre l’homme, et l’impact sur notrefaçon de vivrela ville.

L’éréthysme,terme choisi pour caractériser la violence qui nous intéresse, tire son origine dans la médecine et qualifie selon sa première utilisation une« irritation et une tension violente des fibres ». C’estune fièvre qui consume, tourmente, irrite, tout en agissant comme un stimulant voire un excitant agressif. Ainsi la place de la nature en ville, vue par le prisme de cette tension, trouve un éclairage différent de celui qui constitue notre habitus visuel d’une nature encloîtrée, normée, réglementée selon la main de l’homme dans des optiques de partage d’un bien commun. Un éclairage nouveau sur nos modes opératoires permettantd’envisager la ville comme espace vivant se dessine. L’idée d’une Umwelt, en tant que milieu élaboré par un être vivant, dans une harmonie normée, se voit mise à mal.

Si l’on met en parallèle cette définition avec celle du motfriche, du néerlandais versch/virsch

« frais, nouveau » et lant« terre », c’est à dire une terre qu’on a gagnée sur la mer en l’endiguant, un autre possible se dessine. La présence de la nature en ville se voit ainsi enrichie d’un aspect inexploré, négligé, à l’abandon, inemployé, avec l’idée du terrain inculte, posantles jalons d’une nouvelle conception, d’un point de vue innovant, acide, sur la question.

Ces contours définitoires posés, et avec l’aide de points de vues d’autres disciplines, plusieurs pratiques artistiques permettent une mise en lumière et une pratique réflexive de la nature en ville par l’inter-espace que crée la friche, et les façons dont ces interstices sont contrôlés et normés par des pratiques contraignantes, initiant un cercle ?

La question de l’appréhension des formes et des imaginaires que le vivant génère, ce que l’art peut inventer comme gestes et comme formes en se confrontant à la place du vivant en ville, se pose. Travailler un autre rapport aux territoires vivants en les pratiquant, les observant et en se laissant investir par eux permet une prise de recul quant à nos zones de confort et à notre manière d’habiter la ville, reconsidérant par là même la place des invisibles dans la ville, et comment certaines pratiques artistiques et visions du végétal peuvent permettre de leur rendre une certaine humanité. Par invisible on entend d’abord ce qui n’est pas humain, dans un contexte où l’organisation intégrale des activités humaines y est est centrée autour de l’humain, et d’une vision bien spécifique de l’humain, dont certains humains sont finalement aussi exclus, invisibilisés.

La friche permet alors un espace d’ouverture, de liberté éphémère, et la façon dont celle-ci tend à être controlée et normée, pose question plus largement. 

En mettant en lumière certaines démarches artistiques qui travaillent en ce sens, il s’agira de reconsidérer les différents écosystèmes qui constituent la ville pour mieux penser nos relations complexes avec ceux-ci, ou comme l’exprime l’artisteMyr Muratet au sujet de sa série Wasteland : «Si ces espaces sont des habitats-refuges pour les plantes et les animaux, ils le sont aussi pour les humains.»

Comment cette perception élargie de la ville et de ceux qui la vivent vient-elle en remodeler les représentations que l’on s’en fait ?

Laville,comme point de départ, support ou matériau à la pratique des artistes dont nous analyseront quelques travaux, est vécue comme un espace co-construit et non pas comme l’expression d’une volonté humaine de modeler le monde à son image, ou en tout cas à l’image d’une société marchande capitalisée, et d’une philosophie exclusivement centrée sur l’homme et sa temporalité. Ainsi l’axe de pensée qui guidera nos analyses sera celui d’Anna Lowenhaupt Tsing (Le Champignon de la fin du monde, année ?) et nous permettra d’évoluer dans une analyse deformesactivantl’idée d’une symbiopoïèse, à l’inverse d’unepensée autopoïétique, c’est à dire d’une histoiredesrelations entre êtresvivants uniquement basée sur l’idée d’exploitation.

Dans la voie ouverte par lesSituationnistes et Fluxus, la ville sous son sens grec de polis, c’est à dire comme lieu de sentiments et de conflits, peut être travaillée à la façon de Francis Alÿs : ”à partir des résidus ou des espaces négatifs, des trous, des espaces entre”. Au travers de mediums divers, les artistes parlent de populations vivantes, que ce soit en les dépeignant directement, au travers d’une ville que l’on parcourt, en montrant tout autant les jeux d’enfants, les chiens errants, les vitres cassées, que les marchands ambulants comme le fait la réalisatrice Marion Desquenne avec son film Les anonymes de la Nation, décrivant la vie des invisibles autour duquartier de la Place de la Nation à l’Est de Paris. Par le filmage façon gonzo dequatre communautés d’anonymes gravitant autour de la Place, graffeurs, biffins, skateurs et les travailleurs clandestins d’Europe de l’est, elle dessine ces tribus, illégales, anonymes, et met en lumière leurpoint commun : utiliser la rue comme lieu de survie ou d’expression,dans un contexte urbain où aucune place, aucune réalité ne leur est conférée. Engageant une réflexion sur la gentrification en cours, ce film est aussi un plaidoyer pour le vivre ensemble, vivre ensemble que l’on peut rapprocher de la définition que donne Jacques Tassin du vivre ensemble observé entre les végétaux, c’est à dire 

tirer parti de la manière dont les arbres vivent pour nous même mieux vivre. Dans une façon d’appréhender l’adversité non comme une lutte mais de composer avec elle, une vision de sobriété qu’il résume par la phrase « les forêts les plus riches sont sur les sols les plus pauvres »(ref).Cela induit d’accepter une autre temporalité de la ville et de l’homme que celle qui est imposée à ces communautés claniques, temporalité qui serait plus proche du monde végétal que de la société ultranormée et catégorisée dans laquelle la norme humaine doit se construire au risque d’être considérée comme marge et donc comme gêne. 

Dans une optique complémentaire, l’artisteNicolas Michot nous éclaire sur la construction de l’hypernormativité des villes, et sur les espaces de liberté possibles qu’engendre la pratique libre de la friche dans ce contexte. Par sa pratique multiple et sa fine obervation de ces espaces abandonnés il ouvre une possibilité de réappropriationpositive. L’espacede la friche,vidé de ses attributs fonctionnels permet unepossible réinterprétation du lieu, ouvre un imaginaire, un autrerapport corps/espace. Le fait de se laisser inspirer, traverser par ses lieux et leur écosystème permet donc de visibiliser les espaces invisibles, et de les transformer en lieuxde projections, deréinterprétations,d’imaginaire.La destruction ouvre des points de vue, engage quelque chose à rejouer, tout comme le font les ready made, et le lieu devient support. Débarassées de leur aspect fonctionnel les friches ouvrent sur des micro espaces, et permettent l’apparition demicrologiesanarchiques, de zonesde liberté dans uncadre physique lui aussi contraignant, mettantà mal lerapport d’usage, en questionnant la codification de la ville : enzones, frontières, panneaux, symboles. Selon lui c’est un moyen de codifier et interpréter nos instincts qui est mis en lumière, notre besoin deterritorialiser les choses, car l’instinct sans codification n’est que nature sauvage. Sauvage dans le sens premier du mot, lié au domaine végétal plutôt qu’animal, contrairement à nos constructions socio-culturelles du mot, c’est à dire de la racine latine silva : la plante qui survit. Ainsi, en rapprochant cette pratique de la friche à laphysiologie végétale, ou phytobiologie,c’est à dire à la science qui étudie la relation des végétaux avec leur environnement, un parallèle imageant peut se construire avec l’homme. L’homme peututiliser nature la natureet la détourner pour nuire à l’homme, dans une logique depossession dont la définition estanthropologiquement située, tout comme dans une logique de construction/déconstruction, d’appropriation de l’espace. Mais la friche comme interstice pose un problème identificatoire : elle n’estpas consommable, sauf en tant qu’action vécue, que plaisir immédiat, spontané et individuel, par exemple par le graffiti ou la fête libre, dans une idée d’éphémère et de zone qui ne peut et ne doit pas être normée. Cette vision est partagée par le naturaliste Eric Lenoir (ref) : notre fçon d’envisager, de contrôler, de contraindre nos interstices,montre quelque chosede nous, de notre environnement. Il s’agit de retourner à une pratiquerdela nature basée sur une idée d’instinct et d’intuition,sans logique de propriété ou de marchandisation. En considérant la richesse des plantes en dormance dans le sol. 

Eric Tabuchi, Atlas of forms, octobre 2017, restricted Areas, 2010

critères rudimentaires de géométrie (cercle, carré, triangle, polygone) ou d’état (chantier, achevé, abandon ou ruine) qui se combinent et se succèdent, longue divagation, sorte de mélopée hypnotique avec ses récurrences et ses variantes, ses répétitions et ses ruptures, ses harmonies et ses dissonances, éloge de la diversité, de toutes les diversités. + Série de dispositifs destinés à rendre des lieux inaccessibles aux gens du voyages

Avec un travailphotographiquesériel basé sur larencontre humaine,des hommes et des plantes vivant en friches urbaines, Myr Muratet met en lumière les enjeux de domination etl’habiter précaire. En recensant d’une part les végétaux évoluant en friche et leur grande diversité dans des travaux en collaboration avec des écologues (def) comme Manuel d’écologie urbaine (2019) ou Flore des friches urbaines qui recense les 258 plantes les plus communes des friches urbaines (2017)et d’autre part les humains qui y prennent racine également via un travail du portrait (série Wasteland, année) il établit un parrallèle plastique entre le motif de la nature et de l’humain autour de la notion de “zone de confort” et d’utopie de proximité. Par son travail il pose la question des alternatives pour essayer d’habiter la ville autrement, mais met aussi en lumière la violence des transformations naturelles et paysagères qui découlent des gestions des flux humains. Avec son travail autour de la frontière de Calaisintitulé Calais, 29 km d’un dispositif de haute sécurité, 2016) il rend visible lescouloirs de clôtures surmontées de barbelé concertina (paré de lames de rasoirs), ducreusement de douves, dudéboisement et desinondationsdes terrains aux abords des terminaux dutunnel sous la manche. Ces dispositifs pensés pourgêner la progressions des clandestins, permettre leur surveillance et faciliter l’intervention des forces de l’ordre sontpenséset réalisésà l’échelle d’une ville entière pour contraindre l’homme, mais de fait, Myr Muratet en fait une pierre angulaire de son travail :« le dispositif surveille et contraint tout le monde et modèle profondément l’espace. ». Ainsi, la nature en ville, les espaces de friches qui peuvent représenter des habitats transitoires pour des populations fragiles, deviennent pour Muratet des « espaces meurtris » qui permettent redéfinir les villes en transition comme des «structures complexes qui abritent une disparité de conditions de vie ».Selon lui : « elles peuvent générer des viviers de biodiversité comme elles peuvent les détruire. Elles sont elles-mêmes des organismes qui se développent, mutent, périclitent. »

Le botaniste Boris Presseq (museum de Toulouse) engage une action sur les voiries toulousaines : il identifie à la craie le nom de la flore urbaine méconnue, spontanée, qui pousse dans les anfractuosités du bitume, et ce dans une démarche de sensibilisation à l’existence et à lapréservation de laflore sauvage. Interrogé sur sa pratique, il cite quelques bienfaits des plantes urbaines sauvages : réduire les écarts thermiques qui abîment les murs en les ombrageant, lutter contre l’imperméabilisation des sols en permettant l’infiltration et donc des murs et des sols plus sains, créer des ilôts de fraicheurs, et plus généralement repenserlaplace de la nature en ville et par conséquent place de l’homme en ville.En effet, en contexte hostile, les stratagèmes et la force colonisatrice des espèces moribondes sont puissants. La plasticité génétique des végétaux, c’est à dire l’énormité des réponses possibles à une situation éréthique, engagent une créativité dont l’homme est loin d’être capable. Le besoin de changer de regard se fait pressant selon lui, la rupture avec levégétal vient de trois topos inébranlables de l’anhropocentrisme contemporain : l’inertie de la nature dans l’oeil culturel de l’homme (point de vue fixe,la nature est inerte, elle n’est donc pas aussi vivante que l’homme),ladominationqui en découle(tailler, tondre, lesjardins à la française) qui est renforcée par l’idée insupportable à l’humaind’immortalité du végétal et le combat inconscient qui en découle(mutiler les plantes pour effacer leur immortalité),mais aussi ladissonance cognitive entre l’idée de l’animal,qui n’a que deux états clairement identifiables : mort OUvivant, et levégétal, plus complexe car cyclique, quicontinue de vivre même si on coupe une partie (voir Florence Burgat et l’anecdote de l’olivier de Théophraste).Cette rupture met donc l’homme en position d’exploitant, et lui permet aussi d’invisibiliser certaines espèces, comme les espèces exotiques envahissantes (exemples) qui sont marginalisées, vues comme néfastes. La transposition que l’on peut alors faire avec l’humain est sans appel : migrants, précaires et leur contraintes par ces dispositifs correspondent à la volonté de domestication et normativité extrême du monde végétal. 

Florence Burgat

Les plantes ne meurent qu’en un sens très relatif. Théophraste, déjà, remarque qu’un  » olivier qui avait été un jour complètement brûlé reprit vie tout entier, corps d’arbre et frondaison « 

Que pouvons nous conclure de ces analyses ? Si le monde végétal peut être réapproprié par des forces contraignantes et normatives, induisant un cercle pervers dans lequel l’homme est empêché d’habiter par les matériaux mêmes de base de l’habitat, si le paysage peut être profondément modifié, voire blessé, par la main de l’homme et à nouveau pour contraindre l’homme. La friche comme espace de liberté et de résistance, par la diversité de ces habitants, végétaux ou humains, peut aussi ouvrir de nouvelles possibilités réflexives et des espaces de création et de questionnement, libres, au moins pour un temps, qui permettent, par l’observation de la nature, de comprendre l’homme.

Bibliographie :

BABARIT Marc, BRUNI Gilles, Le jardin dans la friche, Éditions Zédélé, Brest, 2006.

BAZIN Hugues, Espaces populaires de création culturelle – Enjeux d’une recherche-action situationnelle, 2006.

BURGAT Florence, Qu’est-ce qu’être une plante ? Essai sur la vie végétale,Paris, Seuil, 2020.

CLÉMENT Gilles, Manifeste du tiers paysage, Éditions du Commun, Paris, 2014.

BURRET Antoine, Tiers-Lieux et plus si affinités, Limoges, FYP, 2015.

LEMOINE Stéphanie, OUARDI Samira, Artivisme, Art, Action politique et résistance culturelle, Paris, Éditions Alternatives, 2010.

LENOIR Eric, Petit traité du jardin punk, Éditions Terre Vivante, Saint-Baudille-et-Pipet, 2018.

MAUNAYE Emmanuelle (éd.), Friches, squats et autres lieux: les nouveaux territoires de l’art ?,  Arles, France, Actes Sud, 2004.

MURATET Audrey, MURATET Myr, PELLATON Marie, Flore des friches urbaines, Éditions Xavier Barral, Paris, 2017.

RAFFIN Fabrice, Friches industrielles. Un monde culturel européen en mutation, Logiques sociales, Paris, L’Harmattan, 2007.

TASSIN Jacques, Penser comme un arbre, Éditions Odile Jacob, Paris, 2020.

TSING, Anna Lowenhaupt, Le Champignon de la fin du monde. Sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme, Paris, La Découverte, 2017.

VANHAMME Marie, LOUBON, Patrice, Arts en friches, Usines désaffectées : fabriques d’imaginaires, Éditions Alternatives, Biarritz, 2001.

Source visuelle : 

PRESSEQ Boris, mini vidéo Brut Nature par Florian Thomas (2019) via 

https://www.brut.media/fr/entertainment/toulouse-ce-botaniste-trace-a-la-craie-le-nom-des-plantes-sauvages-f1bbaded-03d9-4f27-9f66-f7bbea25df31

Corpus d’images (dans l’ordre d’apparition) : 

DESQUENNE Marion, Les anonymes de la nation, 2015, film, 52 minutes, Editeur Gad Productions

MICHOT Nicolas, Hélice de la friche Jolimont, Toulouse, 2019 (vidéo) – visuel non disponible 

MURATET Myr, Manuel d’écologie urbaine, 2019

MURATET Myr, Flore des friches urbaines, 2017

MURATET Myr, série photographique, Calais, 29 km d’un dispositif de haute sécurité, 2016

MURATET Myr, série photographique Wastelands (2011-2018), City Walk (2017-2018)

PRESSEQ Boris, Morelle noire, processus d’écriture à la craie sur trottoir, 2019

TABUCHI Eric, série photographique Restricted Areas, 2010 in Atlas of forms, octobre 2017

Projet de thèse en l’état : première année

Voici le premier écrit de mon travail de réflexion que je publie ici afin de pouvoir donner une base claire et transparente qui sera à remettre en perspective constamment avec les avancées de mes travaux.

Poïétique et patrimonialisation en Nouveau Territoire de l’art Expériences du tiers-lieu au travers des pratiques de carnet 

sept. 2019

Résumé 

Le tiers-lieu artistique et son histoire impliquent des conditions et effets sur la poïéique. Les interactions entre un lieu, sa nature, son inscription historique et patrimoniale, avec les conditions de création, sociales, anthropologiques, créatives, des plasticien.nes, sont un terrain d’expériences et de problématiques dont l’outil carnet permet de cristalliser les enjeux et tensions. En s’inspirant des méthodes de dessin d’observation et de collecte des botanistes, tout en s’inscrivant dans l’évolution contemporaine du carnet d’artiste, un travail d’observation, de définition et de dé-définition questionne et met en abîme les interrelations et intermédiations qui se jouent dans ces lieux particuliers, afin d’expérimenter les sédimentations de la matériologie de la friche et des artistes qui l’habitent, et de questionner, ce qui fait friche, tiers ou marge dans l’art des squats. 

_______________________________

Musée Igor Balut au 59 Rivoli, Paris, novembre 2019

Dans la perspective d’amener à un niveau supérieur de profondeur et de remise en question ma recherche entreprise en master d’histoire des arts (17/20 mention TB), j’envisage une thèse dès septembre 2019, en arts plastiques, afin d’y intégrer ma pratique et de la lier avec mes interrogations théoriques dans un esprit de dialectique. Je souhaite appliquer à ma thèse de création-recherche la rigueur méthodologique de ma formation en HDA, tout en me conformant aux attendus plus précis du département Arts Plastiques, et en m’engageant avec sérieux dans les activités scientifiques du laboratoire LARA-SEPPIA. 

La transversalité de ma problématique invite à construire des outils théoriques s’inspirant de diverses approches, et nécessitant un recul critique et méthodologique continu, ainsi qu’une rigueur forte. D’où l’envie de vouloir travailler avec M. Patrick Barrès et Mme. Sophie Lécole Solnychkine, dont certains écrits et travaux artistiques m’ont directement influencée pour mes travaux antérieurs. Je pense notamment au livre Expériences du lieu de Patrick Barrès et à la journée d’étude organisée par Sophie Lécole Solnychkine “Végéter – une écologie des formes à partir du végétal”. Ces derniers travaux m’ont introduite à un point de vue plus proche de la nature et de la botanique, duquel je me suis servie dans mon M2 pour mettre en lumière certains enjeux territoriaux et patrimoniaux, et pour illustrer la déconstruction de stéréotypes que j’ai tenté d’engager par rapport aux artistes créant en milieu marginal. Explorant ainsi la piste du carnet de dessin et d’indexage du botaniste appliqué au milieu naturel de la friche et de ces artistes, le carnet semble pouvoir jouer un rôle d’archivage, d’indexation des pratiques de création et de leur diversité, se posant donc comme un outil de la patrimonialisation des lieux interstitiels. Il s’agit maintenant de définir les termes clé de ma réflexion et de faire transparaître à tous les niveaux de ma recherche, en particulier dans la pratique, la notion de friche. Je m’intéresse à la poïétique en milieu alternatif, en particulier en squat et post-squat d’artiste, et autre interlieu, réunis sous l’appellation générique Nouveau Territoire des Arts (NTA). J’ai débuté mes recherches et mon engagement dans ces lieux il y a dix ans à Berlin au Tacheles notamment, puis à Paris au 59 rivoli, mais aussi dans d’autres lieux ou j’ai pu effectuer des voyages 

d’observation et des entretiens, comme par exemple à la Friche Lamartine à Lyon. Mon master recherche m’a permis d’approfondir et de structurer mes réflexions avec une rigueur qui m’a été toute bénéfique, imposée par mon exigeante directrice Mme Evelyne Toussaint. Elle m’a permis de reconsidérer critiquement la militance de mon engagement et d’incorporer un point de vue historien et théorique dans mes écrits. J’ai travaillé sur deux lieux toulousains : La Chapelle et Mix’art Myrys, en m’intéressant, tout comme je l’ai fait pour les lieux précédemment cités, à deux aspects précis comme base et matière première de travail. Les archives de ces lieux et les questions soulevées par la patrimonialisation des squats ayant plus de vingt années d’existence. J’ai enrichi ma réflexion d’entretiens avec les plasticiens qui pratiquent ces lieux. Mme Toussaint savait dès le début de mon master que j’évolue dans la recherche avec une pratique plastique en parallèle, et que je souhaite enseigner en école d’art. La pratique prenant une place de plus en plus considérable, nous avons convenu ensemble qu’une thèse en arts plastiques me correspondait mieux, et permettrait d’explorer la dimension dialogique entre création et réflexion. Je profite dès cette rentrée également d’une première expérience de communication scientifique dans le cadre d’un cycle de conférence d’histoire des arts au Pavillon Blanc de Colomiers ainsi que dans un cycle de deux journées d’études où j’ai été invitée à participer dans le champ plus précis de mon sujet, à Paris au 59 Rivoli pour le projet “Archives Communes pour lieux hors du commun”. 

Ce début de thèse représente une opportunité pour reconsidérer radicalement ma pratique et la mettre au coeur de ma démarche de chercheuse. Afin d’accompagner cela, je met cette année en place un accompagnement personnalisé avec Jean-Philippe Escafre, qui enseigne le dessin, pour pousser ma pratique plastique plus loin dans l’idée de la friche, du tiers-lieu, de la définition même du terme “tiers”, avec comme objectif une mise en perspective théorique qui puisse se baser, partir de, ma pratique. 

Je m’intéresse à la poïétique en contexte de tiers-lieu, et aux interactions entre un lieu, sa nature, son inscription historique et patrimoniale, avec les conditions de création, sociales, anthropologiques, créatives, des plasticien.nes. La multitude d’expériences du lieu, d’effets du lieu, m’intéresse. Le choix du double axe archives/entretiens m’a permis jusqu’ici d’expérimenter les sédimentations de la matériologie de ces lieux et des artistes qui les habitent, tout en étant consciente du travail de déconstruction à effectuer concernant les clichés et stéréotypes s’y logeant. Le travail de pratique viendra apporter un autre point de vue qu’il faudra lier avec l’analyse d’archives et le traitement d’entretiens libre n’ayant pas de forme méthodologique sociologique, présentant ainsi, eux-mêmes, une “mise en friche”. 

Le lieu et son histoire impliquent des conditions et effets sur la poïétique, et lors de mes deux années de recherche en terrain toulousain j’ai pu constater une cristallisation de ces tensions dans l’outil de travail carnet, agissant comme catalyseur de questionnements et de recherches chez certains artistes dont le travail m’a particulièrement intéressé. J’aimerais approfondir ces liens et ces tensions et essayer de comprendre les interrelations et intermédiations qui se jouent dans ces lieux particuliers. 

La méthode que j’aimerais utiliser lierait une approche empirique via des études de cas en situation, en utilisant ma pratique autour du carnet pour en questionner son rôle dans le processus créatif, rôle de support, d’outil. Ce à quoi j’aimerais lier des entretiens et observations d’artistes actifs en friches, et une recherche théorique sur les enjeux et notions de ces axes de réflexion, en poussant ma curiosité intellectuelle vers des disciplines comme le paysage, la philosophie, la géographie culturelle, l’anthropologie, l’esthétique, la médiologie, la sociologie de l’art et les études culturelles. 

L’objectif de mon projet serait d’aider à mieux comprendre ces lieux et leurs artistes en déconstruisant les stéréotypes qui y sont liés dans l’imaginaire artistique collectif. Il s’agit de démontrer qu’ils sont des viviers artistiques, des écosystèmes à part entière, acteurs de larges réseaux, interagissant de manière particulière et intéressante avec l’institution, questionnant de nombreuses notions et permettant une riche hodologie réflexive. 

Néanmoins, ce sont aussi des lieux qui sont pénalisés par des idées préconçues excluantes qui discréditent leur propositions intellectuelles et artistiques au nom d’une excellence culturelle dans laquelle la pratique amateur, autodidacte et alternative n’aurait pas sa place. 

1) Premiers axes de recherche 

a) Nature 

Le parallèle avec la nature dans la réflexion sur les NTA (ex-squats) permet d’ouvrir les questionnements à d’autres espaces mentaux. L’idée que les artistes créant en milieu marginal sont semblables aux “mauvaises herbes” qui reprennent possession des friches industrielles abandonnées pour y cultiver une nature diverse et libre, subissent des discriminations et catégorisations de par la géographie même de leur lieu de travail, porte à reconsidérer le concept de déterritorialisation de Deleuze et Guattari. Dans une moment de passage où le graffiti peut être une exemplification de la seconde vie de ces lieux, la question de la place de l’artiste en squat, de sa catégorisation dans le monde de l’art, des stéréotypes qui lui sont affiliés, et de leur conséquences, se pose. 

Il semble alors intéressant de s’inscrire dans la lignée des idées développées notamment par Gilles Clément sur le tiers paysage mais aussi sur les travaux de certains chercheurs ayant exploré les terrains en marge comme celui de Notre Dame des Landes par exemple, avec des relevés botaniques, des recherches photographiques et des coupes et plans architecturaux. Ce pan de recherche assez nouveau interroge notre façon d’appréhender ce nouveau patrimoine, industriel, déchu, de la transition sociétale dans laquelle nous vivons, et ainsi, mettre en lumière les possibilités diverses d’un avenir, mais aussi les malversations perverses d’exploitation de ces espaces, comme par exemple la spéculation immobilière qui récupère à son compte les caractéristiques esthétiques du “mouvement squat” (DIY, graffiti etc). Exploiter le pan naturel et écologique de la recherche en lien avec l’art permet donc de construire des outils de travail pour appréhender et mieux comprendre le sujet. 

Il s’agit de mieux envisager l’écosystème de la friche, répondant ainsi à des enjeux esthétiques, formels et plastiques, en tentant de les relier à des micro-phénomènes naturels, utilisant la biosphère pour pouvoir les illustrer et les explorer. 

b) Récit 

Le point de vue archivistique est intéressant dans le sens où il autorise une base de ressources, une sédimentation de documents d’une diversité inépuisable, entre l’archive orale, vidéo, papier, photographique. L’archive représente un intérêt dans le sens où elle cristallise le 

processus de patrimonialisation et ses ambiguïtés dans le milieu alternatif, mais est aussi une véritable matière première plastique. Que font les artistes du passé du lieu qu’ils occupent ? 

Le récit se retrouve également dans la forme plastique du carnet, avec un aspect narratif, qu’il suive le parcours d’une idée de sa genèse à sa réalisation, utilisé comme support, outil de travail et de réflexion, ou bien comme objet artistique à part entière. Le carnet semble alors cristalliser un point nodal entre différentes façons d’appréhender l’art, mettant en lumière l’art dit populaire et les catégories considérées mineures (scrapbooking, aquarelle, collage). Le carnet est connoté et son histoire m’intéresse. Tout comme les arts dits mineurs, à la base de ma pratique. 

Lier ainsi le monde archivistique, envisagé presque comme un milieu naturel, le terrain industriel en décombres et ce qui en naît, via l’objet carnet, ce qu’il représente, ce qu’il autorise, permet un angle d’étude particulier, qui peut se relier avec les carnets de croquis de botanistes comme Francis Hallé, suivant une logique d’indexation et de patrimonialisation appliquée au monde alternatif. Les notions de collecte, le passage de la collecte à la collection, puis à l’indexation, voire au référencement, les nuances entre ces termes, devront être exploités en premier lieu, avec un cadre de références autour du carnet d’artiste contemporain et de ces déviances dans diverses directions marginales autour des pratiques alternatives des années 1980 à aujourd’hui qu’il faudra construire et fortifier au travers d’une intense recherche liée aussi à l’avancement des explorations pratiques. 

c) Pratiques 

La pratique artistique de l’interstice, de l’occupation, se décline en de multiples approches. En explorer la diversité via les entretiens d’artistes, mais aussi via un travail de collecte, d’observation, sous forme photographique, textuelle, de croquis et de collage mis ensemble en la forme de carnets, pourrait être une façon de lier entre eux ces éléments et de mettre en abîme pratique et réflexions sur les notions d’archive, de poïétique, de carnet. 

Il s’agit d’explorer diverses réponses au lieu et à ses effets sur la poïétique chez d’autres artistes, mais aussi d’en expérimenter les effets sur ma propre pratique en m’envisageant pleinement comme artiste-chercheuse. Le point de départ des carnets de botanistes peut-être intéressant mais il faut l’exploiter de sorte à ne pas rester dans la superficialité, ce pour quoi je pense avoir besoin d’aide et de conseils. Il s’agit peut être aussi à terme de réfléchir à comment ne pas se faire “enfermer” dans le format carnet, et à quelles conséquences voir à quelles impasses et écueils cela pourrait mener, afin de les éviter. 

Il s’agit donc de mettre la création, la pratique, au coeur de mon travail, afin d’éviter l’écueil de fuite et de protection derrière les mots. Un travail de prise de distance par rapport au dessin d’observation, ou au dessin d’après photographie doit être envisagé au plus vite afin d’assumer et d’exploiter cette prise de risque. 

La question du regard et de son déplacement, sa migration, dans la conceptualisation du dessin, afin de mettre en culture et en pratique le regard et de permettre au terme friche de traverser les différents niveaux de pratique. Pratique en friche, entretien en friche, archive en friche, méthodologie en friche, ces associations peuvent être porteuses de sens et représenter un élément liant, assurant une cohérence de propos entre les polarités de ma recherche. 

Il s’agit de questionner ce qu’il y a de “tiers” dans ma pratique, 

La recherche-création que j’envisage suit une logique hodologique, et pour cette raison particulière le carnet me semble être un outil adéquat. Il s’agit donc maintenant d’en questionner ses représentations et significations. Mais aussi de faire des recherches plus approfondies sur sa valeur dans l’histoire de l’art et sur sa présence dans l’art actuel. Reste à voir si dès le début le choix se restreint, ou non, sur les carnets de type indexage botanique/zoologique. 

2) Méthodes de recherche envisagées 

a) Possibilités de mise en oeuvre 

Les questions des limitations de mon sujet est celle qui m’habite essentiellement pour le moment. J’aimerais donner à mon travail un aspect plus international et ouvert et ne pas me limiter au terrain toulousain, même si celui-ci pourrait absolument être le sujet d’un travail de thèse. Parlant quatre langues couramment et ayant fait une année d’université en Angleterre, j’aimerais écrire une version de ma thèse en anglais, et travailler sur un corpus de lieux et d’artistes internationaux. 

Il s’agirait ainsi de fixer un calendrier de travail échelonné de rendus et de réorientations, et possiblement aussi de voyages d’étude dans les lieux sélectionnés dans le corpus qu’il faudra établir ensemble au préalable. 

b) Entretiens : plasticiens, chercheurs, et plasticiens-chercheurs 

Les entretiens vont permettre d’identifier un peu mieux la rhizosphère des artistes travaillant en NTA, mais aussi des multiples réseaux de chercheurs qui se construisent actuellement dans le domaine. L’échange intellectuel que permettent les entretiens, comme j’ai pu le constater en ayant basé mes recherches en parties sur cet outil pendant mon master, permet souvent d’obtenir de nouvelles références de lectures, ce qui pousse à envisager la période des entretiens plutôt en première partie de thèse, en même temps que les lectures. Il faudrait ainsi constituer ensemble un corpus et voir combien de personnes il faudrait voir et de quoi il faudrait accompagner les entretiens (vues d’atelier, photographies) pour rendre cette matière opérante dans le cadre d’une thèse et la lier avec la pratique. 

c) Enjeux épistémiques 

L’enjeu principal est de déconstruire les a priori sur les artistes travaillant en milieu alternatif et décloisonner les disciplines quant à cet objet de recherche tout en cultivant un prisme de réflexion artistique et plastique. La question du qu’est ce qui fait tiers, qu’est ce qui fait friche, et qu’est ce qu’on en fait, la notion de formes tierces, de tiers, dans la pratique, seront la première entrée dans ces réflexions, qui devront être absolument liées, et même partir de, ma pratique. 

Les lieux alternatifs s’organisent depuis plus de dix ans progressivement en réseaux de recherche dans lesquels j’ai néanmoins constaté un manque de point de vue artistique, auquel est souvent préférée la sociologie, ou encore l’urbanisme, sans réelle transdisciplinarité. Ce travail pourrait répondre à des problématiques plastiques et esthétiques de production des artistes 

contemporains hors-système et de ce que cela dit justement sur notre société et le marché de l’art avec toutes les finesses et nuances qui en font l’intérêt. Lors de la journée d’étude “Végéter – une écologie des formes à partir du végétal” organisée par Sophie Lécole Solnychkine et Camille Prunet l’objectif était de “repérer des modèles d’organisation, de formes, une écologie des images permettant d’identifier les “surfaces d’échange” (Francis Hallé) entre disciplines” optique dans laquelle j’aimerais placer mon travail car je trouve ce point de vue sur la recherche ouvert tout en restant exigeant. 

Il faudra s’imposer une rigueur et une méthodologie particulières, liées aussi au fait de ne rien présupposer, de laisser venir, de co-construire, ne pas savoir à l’avance où l’on va. L’analyse et l’exploitation du lien carnet/atelier, de la posture de l’artiste-chercheur ou de l’artiste-curateur pourra être explorée via l’idée du laboratoire ouvert au public (comme l’atelier d’artiste dans la friche), via la dialogique du dedans/dehors, mais aussi l’articulation texte/image, texte/dessin. 

Bibliographie indicative : 

ARDENNE Paul, L’art dans son moment politique, Écrits de circonstance, Ante Post, Bruxelles, 2000. BARRÈS Patrick, Expériences du lieu : architecture, paysage, design, Archibooks + Sautereau éditeurs, Paris, 2008. BHABHA Homi K., RUTHERFORD Jonathan, “Le tiers-espace”, in Multitudes, 2006/3 (n°26), pps 95 à 107, via https://www.cairn.info/revue-multitudes-2006-3-page-95.htm?contenu=article BOUILLON Florence, Les mondes du squat, PUF, Paris, 2009. CLÉMENT Gilles, Manifeste du tiers paysage, Éditions du Commun, Paris, 2014. CLÉMENT Gilles, Thomas et le voyageur, Éditions Albin Michel, Paris, 2011. COLIN Bruno et GAUTIER Arthur (dir.), Pour une autre économie de l’art et de la culture, Toulouse, érès, 2008. DE CERTEAU Michel, L’invention du quotidien I. Arts de faire, Folio Essais, Gallimard, Paris, 1980. DELEUZE Gilles, GUATTARI Félix, L’Anti-Oedipe, Capitalisme et schizophrénie, Éditions de minuit, Paris, 1972. DELEUZE Gilles, GUATTARI Félix, Mille plateaux, Éditions de minuit, Paris 1980. LAHIRE Bernard, La culture des individus, dissonances culturelles et distinction de soi, La découverte, Paris, 2004. LAURENS Christophe, Notre Dame des Landes ou le métier de vivre, dessins des étudiants du DSAA Alt U, photographies de Cyrille Weiner, . RAFFIN Fabrice, Friches industrielles. Un monde culturel européen en mutation, Logiques sociales, Paris, L’Harmattan, 2007 SERRALONGUE Bruno, Comptes rendus photographiques des sorties des Naturalistes en lutte sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, août 2015-avril 2017, Editions GwinZegal, 2019 

Intérêts de recherche : 

poïétique, nature/végétal en lien avec la friche, carnets d’artistes, intimité, mal-logement, art en prison et milieux difficiles, squats d’artistes, effets du lieu sur la création, création contemporaine à toulouse et au delà, jeunes artistes femmes, graffiti et street-art, interrelations entre alternatif et institution, lieux de création alternatifs toulousains (Lieu Commun, IPN, Mix’art Myrys, La Chapelle), histoire des artistes marginaux 

Eléments du corpus de réflexion à l’état présent de recherche : 

Théoriciens (urbanistes, botanistes, sociologues…) John Dewey Gilles Deleuze Félix Guattari Gilles Clément (lire Thomas et le voyageur) Michel Foucault (concept d’hétérotopies) thèse de Frédéric Vincent, L’artiste-curator, 2016 

Artistes plasticiens et lieux Thomas Bigot (Mix’art Myrys, Toulouse) Vincent Prieur (Villa Belleville, Paris) Collectif Art Cloche (Paris) Collectif Patch_work (Mix’art Myrys) avec notamment Raphaël Bergère Justine Gury (59 Rivoli, Paris) Tacheles (Berlin) -> trouver un artiste Pierre Gonzales (Friche Lamartine, ex-RVI, Lyon) Francis Hallé (carnets) Marc Ferniot 

Références artistiques atelier exposé d’André Breton carnets de Marcel Broodthaers Fluxus et Robert Filiou Bad Painting Greenberg et le Low Art Pierre Restany et le Nouveau Réalisme (pour la collecte notamment) Martial Raysse revue Gradalis (hodologies, topopoïétique) 

Art wastelands

Le tiers-lieu artistique et son histoire impliquent des conditions et effets sur la poïéique. Les interactions entre un lieu, sa nature, son inscription historique et patrimoniale, avec les conditions de création, sociales, anthropologiques, créatives, des plasticien.nes, sont un terrain d’expériences et de problématiques dont l’outil carnet permet de cristalliser les enjeux et tensions. En s’inspirant des méthodes de dessin d’observation et de collecte des botanistes, tout en s’inscrivant dans l’évolution contemporaine du carnet d’artiste, un travail d’observation, de définition et de dé-définition questionne et met en abyme les interrelations et intermédiations qui se jouent dans ces lieux particuliers, afin d’expérimenter les sédimentations de la matériologie de la friche et des artistes qui l’habitent, et de questionner, ce qui fait friche, tiers ou marge dans l’art des squats.