Notes libres : Annie Le Brun, Ce qui n’a pas de prix, beauté laideur et politique, 2018

English translation below.

Cette nouvelle forme de post se veut être un partage des ouvrages importants dans la construction de ma réflexion de thèse, néanmoins, ce ne sont ni des synthèses ni des avis analytiques ou critiques sur lesdits ouvrages, simplement un partage de notes/fiche de lecture.

Ce billet engage les notes prises lors de la lecture de cet ouvrage dans une vision très personnelle, et avec une envie de partage de savoir dans une optique du libre.

Ces notes ne sont pas exhaustives et engagent un prisme et un biais qui m’est personnel.

Dans l’attente d’en discuter, j’espère que cela pourra être utile et te donnera l’envie de lire le livre entier.

Annie Le Brun est une écrivaine, poétesse surréaliste et critique littéraire.

p28 recours systématique  à un accompagnement théorique venu en droite ligne des philosophies de la déconstruction, autorise toutes les arguties pour brouiller les pistes sur ce qui est en train de se passer

p30 blancheur du white cube garantie par deux décennies de déconstruction philosophique 

pouvoir de prédation des riches  : cf “amasseurs d’art” Rhonda Liebermann

p32 artistes-marques : style immédiatement identifiable, tel un logo

p33 hégémonie prédatrice de l’argent via kitsch : célébrer la souveraineté incontestée de l’argent

(exemple : financial art : Wolfgang Ulrich “sieger Kunst” 2016, art des vainqueurs)

p50 il est inutile de regarder pour voir quand il est désormais des “opérateurs verbaux” pour y suppléer

noirblanc : concept clé 1984 George Orwell (exemple : le Vantablack qui annihile perspective et horizon)

p54 la sidération comme nouveau rapport au monde (Annie Le Brun oppose ici la sidération au discernement)

(exemple de sidération par le biais de l’énormité des oeuvres d’art : Damien Hirst : gigantisme “Trésors de l’épave de l’incroyable” Venise 2017 + réflexion sur le matériau formol)

p64 nos sociétés traitent de plus en plus les êtres comme des choses (cf déshumanisation)

p65 l’art contemporain est inséparable de l’histoire des déchets

p67 manipulation du sens à travers de la sensation : arme du déni

sensation > représentation

une alternative possible soulevée par Annie Le Brun : André Breton et son humour noir = révolte supérieure de l’esprit

p73 manipulation du sens à travers celle des sens -> sensationnalisme vient neutraliser toute force de négation

p92 expropriation du corps répondant à la confiscation de l’espace public

p96 la moindre manifestation de ce qui n’a pas de prix doit être immédiatement neutralisée sinon détournée, pervertie voire annihilée

p104 intensive marchandisation des signes de la rébellion (ex : punk)

p105 : cas de dépossession de soi provoqués par le travail numérique qui abstrait l’individu de la réalité du monde

p107 neutralisation des signes inhérente à la marchandisation du monde (exemple : l’expo Carambolage @ Grand Palais en 2016)

p107 dogme de la compétition

p108 sport compétitif = glorification de la soumission volontaire : la soumission est exemplaire car spectaculaire (cf sacrifice)

p109 : tatouage : désir persistant de marquage, d’appartenance et de singularité fictive

p114 ère post-vérité : déclarer équivalents faits et opinions : faits objectifs ont moins d’influence pour moduler l’opinion publique que les appels à l’émotion et aux opinions personnelles (exemple : la presse fait croire à l’équivalence réalité/vérité -> ressemblance/vraisemblance)

p116 tout devient interchangeable parce que marchandisable

Annie Le Brun cite ici : Elisée Reclus, Du sentiment de la nature et des sociétés modernes et autres textes, Anthologie composée par Joel Cornuault, 2002 p 65 : Là où le sol s’est enlaidi, là où toute poésie a disparu du langage, les imaginations s’éteignent, les esprits s’appauvrissent, la routine et la servilité s’emparent des âmes et les disposent à la torpeur et à la mort.

= relie prédation, laideur et servitude

p123 esthétisation du monde tue les arts et traditions populaires (exemple : ancien musée des arts et traditions populaires devient en 2017 la Maison LVMH Arts Talents Patrimoine (c’était le premier musée ethnographique créé en 1937 sous le Front populaire)

ici Annie Le Brun fait référence à la “LVMHisation tous azimuts” de Christophe Alix et Sibylle Vincenton in article Libé “Encore un musée LVMHisé” le 8 mars 2017 (exemple : collection Chtchoukine @ fondation Louis Vuiton en 2016 sous l’égide de Poutine pendant les bombardements d’Alep en Syrie)

p139 La métaphore du réseau comme sa réalité informatique ne sauraient faire illusion sur son mode de fonctionnement centripète. Ce qui se confirme jour après jour à travers une croissante édification de murs, prisons, frontières ou même de groupes sociaux ou ethniques, où vient se répéter à chaque occasion le principe d’expulsion qui commande désormais tous les aspects de l’existence. On expulse pour investir, comme en témoigne la gentrification des villes qui, sous prétexte d’esthétisation, génère la laideur policée de l’entre-soi.

p145 Annie Le Brun donne l’exemple de Benetton en Patagonie en 1997 : implantation forcée d’élevages ovins sur le territoire Mapuche pendant que la collection privée d’oeuvres d’arts de Benetton par le biais de la fondation Imago Mundi promeut la variété et la tolérance

p148 annexer toute forme de divergence : asphyxie par similitude (exemple : luxe éco-responsable)

p146 Annie Le Brun rappelle que le prix Nobel a été créé par un fabricant d’armes : Alfred Nobel, chimiste et industriel de l’armement, on lui doit 350 dépôts de brevets d’invention dont le plus célèbre celui de la dynamite.

p147 prendre le maquis de sa solitude

p147 après avoir colonisé tous les ailleurs pour rendre l’Autre semblable à lui même, ne restait plus à  ce monde que de coloniser sa propre altérité intérieure

p149 les élites du réalisme globaliste, reconnaissant pour paradigme de ce temps les cultural studies, instrumentalisent l’émergence des minorités en tous genres pour liquider habilement l’idée de singularité

C’est ce qu’Annie Le Brun qualifie de dynamique centripète : “ramener vers le centre les expulsés de l’idéologie, les déportés du pouvoir symbolique” (elle cite Nicolas Bourriaud, dans L’exforme, p139)

p151 déserter tranquillement le cours des choses

p152 le plus sûr moyen de trouver la route vers le “nouveau monde” est de retourner vers le trésor des rêves enfouis

p152-153!!!

L’extraordinaire est que jusqu’à aujourd’hui, en dépit des plus sombres présages qui s’amoncellent à l’horizon, de tels espaces continuent d’apparaître. C’est même à travers eux, encore à l’abri de ce qui menace “l’outsider art” faute d’être marchandisables, que s’affirme la possibilité d’accéder à un autre monde, faisant naïvement brèche dans le continuum de la société informatique. Il n’est que de considérer pour la France la récente recension de trois cent cinq inspirés des bords de route. (cf Bruno Montpied, les gazouillis des éléphants, 2017) Malgré leur origine modeste, ignorants les uns des autres, chacun d’eux s’est offert le luxe de refuser la banalité que ce monde lui concédait, pour de plus en plus habiter son rêve. Compte tenu de la disparition de la culture ouvrière dans tous les pays occidentaux allant de pair avec la gadgétisation des cultures populaires partout ailleurs, ce genre de floraison prend une valeur exemplaire. D’autant que s’y retrouvent “des objets, des images, gagarisant parfois des icônes culturelles” (Montpied, p18) venus de la culture de masse,  mais qui, réutilisés à contre-emploi, manipulés cassés, démontés, y perdent leur force aliénante pour participer à la métamorphose. Du coup, apparaissant comme la plus inattendue des surprises sur fond de banalité intégrée, chacun de ces lieux est d’abord une critique concrète des conditions de vie auxquelles la majorité consent. Critique radicale de la médiocrité pavillonnaire mais aussi de l’esthétique des parvenus dont s’enorgueillissent la quasi-totalité des grandes réalisations architecturales de ce temps. Car, fussent-ils presque toujours de dimension réduite, ces jardins, ces demeures, ces enclos sont aussi et d’abord, des espaces-mondes, où l’invention de l’ici appelle l’ailleurs. 

p156 cite André Breton in Surréalisme et peinture (1928) “l’oeil existe à l’état sauvage” 

p157 Jusqu’à quand assisterons nous sans rien dire à cette colonisation de nos paysages intérieurs ?

p157 rêveurs-bâtisseurs

p160 cite Stendhal cité par Baudelaire dans ses Salon de 1846 : “Il y a autant de sortes de beautés qu’il y a de manières habituelles de chercher le bonheur.”

p165 liberté de l’espace intermédiaire qui s’y découvre, accessible à tous mais où chacun est alors à même de trouver le passage par lequel il peut se réapproprier le monde

p166 pour Aby Warburg, certaines images sont capables de conserver et transmettre, d’une époque à l’autre, l’énergie émotive

p168 chemins de traverse

English :

Annie Le Brun is a writer, surrealist poet and literary critic.

p28 systematic recourse to a theoretical accompaniment in line with the philosophies of deconstruction, authorizes all the arguments to blur the tracks on what is happening

p30 the whiteness of the white cube guaranteed by two decades of philosophical deconstruction 

Predatory power of the rich: cf “art gatherers” by Rhonda Liebermann

p32 branded-artists : immediately identifiable style, like a logo

p33 the predatory hegemony of money via kitsch: celebrating the undisputed sovereignty of money

(example: financial art: Wolfgang Ulrich “sieger Kunst” 2016, art of winners)

p50 it is useless to “look to see” when it is now “verbal operators” that supplement the very action of seeing

noirblanc: key concept 1984 George Orwell (example: the Vantablack which annihilates perspective and horizon)

p54 the sideration as new relation to the world (Annie Le Brun here opposes sideration to discernment)

(example of sideration through the enormity of works of art: Damien Hirst: gigantism “Treasures of the wreck of the incredible” Venice 2017 + reflection on the formalin material)

p64 our societies increasingly treat beings as things (cf dehumanization)

p65 contemporary art is inseparable from the history of waste

p67 manipulation of meaning through sensation: weapon of denial

sensation > representation

a possible alternative raised by Annie Le Brun: André Breton and his black humor = superior revolt of the spirit

p73 manipulation of the meaning through that of the senses -> sensationalism comes to neutralize any force of negation

p92 expropriation of the body responding to the confiscation of public space

p96 the slightest manifestation of what is priceless must be immediately neutralized if not diverted, perverted or even annihilated

p104 intensive commodification of signs of rebellion (ex: punk)

p105: cases of self-depossession caused by digital work that abstracts the individual from the reality of the world

p107 neutralization of the signs inherent in the commodification of the world (example: the exhibition Carambolage @ Grand Palais in 2016)

p107 competition dogma

p108 competitive sport = glorification of voluntary submission: submission is exemplary because spectacular (cf sacrifice)

p109: tattoo: persistent desire for marking, belonging and fictitious singularity

p114 post-truth era: declare facts and opinions equivalent : objective facts have less influence to modulate public opinion than calls for emotion and personal opinions (example: the press makes us believe in the equivalence reality/truth -> resemblance/likelihood)

p116 everything becomes interchangeable because merchantable

Annie Le Brun quotes here: Elisée Reclus, Du sentiment de la nature et des sociétés modernes et autres textes, Anthologie composed by Joel Cornuault, 2002 p 65: Where the ground has become ugly, where all poetry has disappeared from language, imaginations are extinguished, Spirits become impoverished, routine and servility seize souls and dispose them to torpor and death.

= she links predation, ugliness and servitude

p123 aestheticization of the world kills popular arts and traditions (example: former museum of popular arts and traditions becomes in 2017 the Maison LVMH Arts Talents Patrimoine (it was the first ethnographic museum created in 1937 under the Popular Front)

here Annie Le Brun refers to the “LVMHisation in all directions” by Christophe Alix and Sibylle Vincenton in Libération “Encore un musée LVMHisé” on 8 March 2017 (example: Shchukin collection @ Louis Vuiton Foundation in 2016 under the aegis of Putin during the bombing of Aleppo in Syria)

p139 The metaphor of the network as its computer reality can not delude on its centripetal mode of operation. This is confirmed day after day through a growing construction of walls, prisons, borders or even social or ethnic groups, where the principle of expulsion that now commands all aspects of life is repeated on every occasion. We expel to invest, as evidenced by the gentrification of cities which, under the pretext of aestheticization, generates the policed ugliness of the exclusive microcosms.

p145 Annie Le Brun gives the example of Benetton in Patagonia in 1997: forced establishment of sheep farms in the Mapuche territory while the private collection of works of art of Benetton through the Imago Mundi Foundation promotes variety and tolerance

p148 annex any form of divergence: asphyxia by similarity (example: eco-responsible luxury)

p146 Annie Le Brun recalls that the Nobel Prize was created by a weapons manufacturer: Alfred Nobel, a chemist and armaments industrialist, who owes 350 patent filings of invention including the most famous that of dynamite.

p147 take the maquis of our solitude

p147 after having colonized all the elsewheres to make the Other similar to himself, there only remained for this world to colonize its own inner otherness

p149 the elites of globalist realism, recognizing for paradigm of this time the cultural studies, instrumentalize the emergence of minorities in all kinds to deftly liquidate the idea of singularity

This is what Annie Le Brun describes as a centripetal dynamic: “bring back to the centre the expelled from ideology, the deportees from symbolic power” (she quotes Nicolas Bourriaud, in L’exforme, p139)

p151 quietly desert the course of things

p152 the surest way to find the road to the “new world” is to return to the treasure of buried dreams

p152-153!!!

The extraordinary thing is that until today, despite the darkest omens piling up on the horizon, such spaces continue to appear. It is even through them, still sheltered from what threatens “the outsider art” for lack of merchantability, that the possibility of accessing anothers world asserts itself, naively breaching the continuum of the computer society. It is enough to consider for France the recent review of three hundred and five inspired folks on the roadsides. (cf Bruno Montpied, Les gazouillis des elephants, 2017). Despite their modest origin, ignorant of each other, each of them offered each other the luxury of refusing the banality that this world granted them, to increasingly inhabit their dream. Given the disappearance of working class culture in all Western countries going hand in hand with the gadgetization of popular cultures everywhere else, this kind of flowering takes an exemplary value. Especially since there are “objects, images, sometimes winning over cultural icons” (Montpied, p18) from mass culture, but which, reused against-use, manipulated broken, disassembled, lose their alienating force to participate in the metamorphosis. Thus, appearing as the most unexpected of surprises on a background of integrated banality, each of these places are first of all a concrete critique of the living conditions to which the majority consents. A radical critique of the mediocrity of the pavilions, but also of the aesthetics of the dwellings, of which almost all the great architectural achievements of our time are proud. For, almost always of reduced size, these gardens, these residences, these enclosures are also and first of all, world-spaces, where the invention of the here calls up the elsewhere. 

p156 quotes André Breton in Surrealism and painting (1928) “the eye exists in it’s savage state”

p157 Until when will we witness this colonization of our interior landscapes without saying anything ?

p157 dreamers-builders

p160 quotes Stendhal quoted by Baudelaire in his 1846 Salon: “There are as many kinds of beauties as there are usual ways of seeking happiness.”

p165 freedom of the intermediate space that is discovered, accessible to all but where everyone is then able to find the passage through which he can reappropriate the world

p166 for Aby Warburg, some images are able to preserve and transmit, from one era to another, the emotional energy

p168 side roads


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olga Panella (1 septembre 2023). Notes libres : Annie Le Brun, Ce qui n’a pas de prix, beauté laideur et politique, 2018. Art wastelands. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://awproject.hypotheses.org/184


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search