Pratiques du commun artistique en Nouveau Territoire des Arts, la friche comme noeud complexe entre singulier et pluriel.

Intervention donnée lors de la journée d’études des doctorant.es de l’école doctorale allph@, avril 2021.

Le singulier, le marginal, le mal vu. Dans le monde artistique contemporain cet étranger parmi les étranges est peut-être l’artiste qui produit en squat. La notion d’occupation illégale, d’auto-détermination, la volonté de se distinguer volontairement des circuits de formation et des réseaux de diffusion, place ces artistes dans un interstice de la création contemporaine. De par des conditions de vie et de pratique hors du commun, un vivre-ensemble particulier, une façon d’envisager l’autogestion et l’horizontalité, de travailler le commun, bien particulière, ces artistes témoignent d’ambiguïtés fertiles. La distinction entre le “nous” et “les autres” met au jour des ambivalences intéressantes, la position du puriste comme figure de héros se construisant à l’encontre de tout compromis en est une illustration. La création en ces lieux est socialement et culturellement située, porteuse d’une patrimonialisation ambiguë et depuis quelques années d’un réseau de recherche alternatif qui remet en question la place de la recherche et de ces réseaux d’appartenance et de légitimation. Quelle place donner alors à la nuance ? Le héros de ces lieux est-il celui qui accepte de s’ouvrir au dehors, au risque d’y sacrifier son authenticité marginale, ou celui qui joue l’anti-héros en en reprenant parfois les codes opposés, se construisant à partir de la mythologie du puriste ? 

Si les artistes produisant en squat artistique construisent leur hétérogénéité en tant que force, s’appuyant sur les richesses internes d’un groupe et autour d’une idée du commun comme matière première du quotidien à travailler et co-construire ensemble, la réalité de la précarité et de la complexité de la vie en communauté, ainsi que son isolement du reste du monde de l’art sous des critères souvent méprisants, révèle une facette plus sombre de cette dualité entre singularité et pluralité. 

Néanmoins la diversité et la richesse innovante des différents artistes que l’on y trouve, la véritable culture transdisciplinaire qu’engage cette horizontalité, permet d’envisager ces lieux comme des espaces uniques, composés de pluralités qui forment un tout singulier, dans le sens ou il ne se rattache à aucun formalisme et qu’il prône une liberté artistique riche. Répondant à un besoin démocratique d’accès populaire à l’art et à des espaces de travail peu onéreux, les lieux alternatifs se distinguent de la norme et du réseau parfois fermé des écoles d’art, en proposant à des profils singuliers de s’inscrire dans un tout qu’il faut éprouver pour en construire des pratiques du commun artistique. 

Ainsi, ces lieux alternatifs divers, héritiers d’une culture française du squat, que l’on rassemble aujourd’hui sous l’acronyme NTA (Nouveaux Territoires des Arts), sont des noeuds de problématiques et de réseaux passionnants, jouant constamment de l’équilibre fragile entre singulier et pluriel et des multiples questionnements qui en découlent.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olga Panella (19 juin 2021). Pratiques du commun artistique en Nouveau Territoire des Arts, la friche comme noeud complexe entre singulier et pluriel. Art wastelands. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d4ue


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search