Réflexion méthodologique en Recherche-Création : la boîte noire nomade.

Présenté lors du second volet du séminaire recherche-création “Cartographie des pratiques” à l’Université Toulouse 2 en mai 2021.

Dans mon travail de recherche, je fais dialoguer pratique et théorie en tentant de répondre à la question “qu’est ce qui fait milieu” dans la friche, au sens large (du squat au Nouveau Territoire des Arts en passant par le simple interstice urbain). Je propose ici, afin d’en préciser le mode de fonctionnement et les enjeux, d’emprunter le parallèle du végétal et plus précisément de la malherbologie, l’étude des mauvaises herbes. 

La référence au végétal me permet de caractériser le milieu de la friche, que j’assimile à la boîte noire, une boîte noire définie comme un creuset d’émergences et un réservoir de potentialités. Mon travail consiste à explorer et investir les milieux de la friche que sont les territoires tiers ou marginaux de l’art : des ateliers, des espaces en bataille réunissant les mauvaises herbes et tout ce qui travaille et croît au sein de cet écosystème, d’en révéler ce qui circule, fait résistance et se constitue en réseau. En ce sens, la boîte noire / la friche fertile ne se replient pas sur elles-mêmes, elles se connectent au monde et deviennent alors nomade

La question de l’atelier de l’artiste, l’atelier en friche, est complexe et passionnante. De la posture d’artiste observante, je passe à celle d’artiste pratiquant la friche, avec toutes ces conditions écosystémiques, climatiques et sensibles, et ses potentiels poétiques. Je garde active la notion d’occupation illégale (mais légitime) d’espaces vacants qui constitue le cœur de mon engagement intellectuel et politique et qui représente un besoin premier pour les artistes qui m’entourent. Ainsi, les questionnements poïétiques m’intéressent, à double titre : chez les artistes que j’observe travailler et chez moi-même, au travail dans la friche, cultivant celle-ci. 

L’exploration et l’engagement s’effectuent au moyen du carnet, le carnet décliné en carnet de croquis, carnet de voyage et carnet de bord ; à la manière des botanistes et des explorateurs de nouveaux mondes. Je travaille le medium des nomades et des voyageurs. Ces carnets manifestent les allers et retours entre la création et la réflexion. L’écriture et la lecture se font conjointement à la peinture, au dessin et à la photographie. Elles s’inscrivent dans des temporalités, la temporalité du carnet attachée au processus, la temporalité du circuit liée à l’activité nomade, la temporalité de la mise en carte corrélée à ce qui fait système, à la mies en série. Cette pratique de collecte ou de cueillette, que je lie au monde végétal, prend en effet la forme d’un travail sériel. Celui-ci impose une approche dialectique du cadrage, au regard de la pratique nomade, une forme d’errance assortie aux déplacements, et fait à terme proposition, dressant la carte des chemins de traverse et des lieux de visite ou d’activité.

Ma façon de travailler se caractérise par l’agencement de fragments, issus de la collecte, et par l’assemblage de carnets, rapporté à la collection. La collecte réunit des photographies, des textes, des croquis, des peintures, mais aussi sources textuelles et proverbiales que j’emprunte à la rue et aux personnes que j’y rencontre, qui viennent alors se confronter dans l’espace du carnet. Cette notion d’assemblage fragmentaire se retrouve dans l’atelier  – boîte noire source et ressource, à laquelle on revient au terme de l’exploration, « les poches pleines », où l’on refait le voyage de différentes manières (la fiction opère), et puis d’où l’on part, l’œil neuf, au seuil d’un nouveau circuit – ; tout comme dans le carnet, qui devient un espace en soi, un milieu, à scénographier et à construire. Inspirée également par la pratique populaire du scrapbooking (aussi appelé créacollage, originellement considéré comme le mélange entre peinture et photographie, est une technique reliée aux loisirs créatifs, donc sous considérée et clairement identifiée aux arts populaires, avec une sous technique d’assemblage intéressante directement liée à la notion de sérendipité), cette méthodologie du fragment met un point d’honneur à questionner ce qui fait lien, ce qui se relie à nouveau au questionnement de ce qui fait lieu

Mon atelier d’artiste se définit comme une “boîte noire nomade”, caractérisé par différentes étapes de travail : 

(1) la compilation, la collection, l’organisation des éléments (classification, notion “d’assemblage fragmentaire”, lien avec l’archivage, la mise en patrimoine par la récolte et l’identification ;

(2) des propositions de modélisation (celles-ci mobilisant des formes de rationalités, et recoupant différents modèles, cartographiques…) dans le cadre d’un retour critique (ce que rendent compte les illustrations proposées) et suivant une approche qui vise à mettre en lumière, à faire  « système » ; 

(3) une relance du chantier d’expérimentation à distance des terrains, bouillonnante, voire chaotique, suivant une méthodologie exploratoire, expérientielle, basée sur une réflexion procédurale ; 

(4) une prospective, marquée par le retour sur le terrain, et ouverte à une confrontation avec la réalité concrète de la friche, par le biais d’entretiens et de présentations de mon travail en contexte de friche.

L’aspect nomade des lieux alternatifs, qui constituent mon terrain d’étude, se relie directement à leur fréquentation, crayon en main, carnet de croquis en poche, et impliquent une “pratique mobile”, structurée par une méthodologie construite autour de la réflexion de la notion “d’errance”. Le nomadisme des lieux alternatifs implique leur mise en réseau, et de cela découle un questionnement critique des réseaux institutionnels de création, formation et diffusion de l’art d’aujourd’hui, et de la mise en patrimoine, c’est à dire l’écriture de l’histoire des lieux alternatifs, pour certains âgés de plusieurs décennies, en lien plus ou moins étroit avec la reconnaissance historique du patrimoine public et en lien avec l’université. La naissance de réseaux de recherche situés (reprenant la notion de savoir situé de Donna Haraway) dans les lieux alternatifs et pour parler, observer, étudier, archiver ces mêmes lieux, pose de nombreuses questions et ouvre des espaces de réflexion quant à l’idée du nomadisme de ces lieux et plus généralement interroge “ce qui fait lieu” et ce qui reste du lieu sans sa prise physique dans le monde du bâti solide (notamment lorsqu’un squat se fait expulser : que reste-t-il ?).

Le nomadisme implique aussi une circularité des approches et des méthodes dans le cœur même de mon atelier de travail. Elle exemplifie et systématise les lieux visités, et permet de construire une conceptualisation de l’espace, du lieu, et de son importance patrimoniale et écosystémique au travers notamment du poids de l’histoire et des conditions climatiques, biosphériques du lieu (température, taille, écosystème plus vaste de la friche, de ses sols, sa faune et sa flore, à l’état sauvage, avec une réflexion plus poussée sur la notion même de sauvage). 

Ce travail sur l’atelier permet d’investir une même unité, la “boîte noire”, impliquant plusieurs types d’activités et au sein de laquelle circulent (au sens poïétique et poétique du mot circuler) en lien avec la notion de nomadisme différentes approches possibles de l’écosystème de l’atelier en lieu intermédiaire. 

Sur le plan conceptuel, le caractère fertile et buissonnant de la boîte noire, en référence au domaine du végétal et à la question du milieu, permet de nombreuses mises en lien fertiles qui engagent une méthodologie transdisciplinaire. L’espace de la boîte noire permet alors d’échapper à une codification spatiale institutionnelle (comme c’est le cas dans les dispositifs boîtes noires projectifs orientés vers la fabrique de l’image), et permet de penser des espaces hors modèle à fort potentiel dans une logique de milieu, dans sa définition large comme milieu de culture, comme écosystème.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olga Panella (19 juin 2021). Réflexion méthodologique en Recherche-Création : la boîte noire nomade. Art wastelands. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d4ud


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search