Éréthisme de la nature en ville : les dispositifs de contrainte observés par le prisme de pratiques artistiques et de pensées végétales.

Suite à l’appel à communications initié pour la Journée d’Etudes et le colloque international “Concrete Jungle. Esthétique du vivant en milieu urbain” (responsabilité scientifique : Marion Laval-Jeantet, Professeur en Arts plastiques, Université Paris 1, Institut ACTE, Aurélie Herbet, Maître de conférences en Arts plastiques, UT2J, LLA-Créatis et Camille Prunet, enseignante en Arts plastiques, UT2J, LARA-SEPPIA) j’ai travaillé un texte écrit initialement début 2020 et retravaillé à plusieurs reprises grâce aux multiples pistes de réflexion ouvertes par les croisements que propose ce cadre. J’ai également mis en peinture ce propos lors de l’épreuve de pratique plastique de l’agrégation d’arts plastiques, un post est a suivre bientôt avec des visuels de ce travail recréé ensuite en atelier.

Plus d’informations sur ce colloque ici : https://concretejungle.sciencesconf.org/

Retrouvez le programme entier du colloque en fin d’article.

Dans un contexte où l’homme repense son positionnement avec la nature, entre misanthropie et anthropocentrisme, le constat duquel nous partons est celui de la violence. Violence des dispositifs de contrainte humaine en milieu urbain. Enrochement1 (pose à intervalles serrés sur l’ensemble du terrain de lourds rochers calcaires), dépôt de larges troncs d’arbres, entraves à la circulation de véhicules, obstacles à la construction d’abris et d’habitats, douves, barrières, barbelés, innondations et défoncements de terrains au bulldozer pour les rendre inaccessibles etc. Le modèlement profond de nos paysages que ces ajouts et retraits de matières engagent, sur notre habitus visuel, notre manière d’appréhender nos espaces, induit un bouleversement perceptif dont les travaux et points de vue que nous aborderons dans cette réflexion, sont l’illustration, mais pas seulement, car ils permettent un questionnement vaste sur notre condition humaine.

En effet, si les dispositifs de contraintes en ville issus du milieu naturel refaçonnent nos paysages, un contre sens se construit quant à leur identité de matériau (bois/pierre, végétal/minéral) initialement pensé par l’homme pour construire des habitats. Leur nouvelle sémantique d’objets destinés à produire une gêne assez conséquente pour en empêcher la construction lorsqu’ils sont destinés à des populations précaires invisibilisées pose question. Par l’entrecroisement de pensées plastiques et de théories végétales, modelant notre manière de questionner ce qui nous entoure, nous analyserons les logiques de réappropriation de la nature, pour contraindre l’homme, et l’impact qu’ont ces logiques sur notre façon de vivre la ville.

L’éréthisme, terme choisi pour caractériser la violence qui nous intéresse, tire son origine dans la médecine et qualifie selon sa première utilisation une «irritation et une tension violente des fibres»2. C’est une fièvre qui consume, tourmente, irrite, tout en agissant comme un stimulant voire un excitant agressif. Ainsi la place de la nature en ville, vue par le prisme de cette tension, trouve un éclairage différent de celui qui constitue notre habitus visuel d’une nature encloîtrée, normée, réglementée selon la main de l’homme dans des optiques de partage d’un bien commun selon une vision hygiéniste. Un éclairage nouveau sur nos modes opératoires permettant d’envisager la ville comme espace vivant se dessine. L’idée d’une Umwelt3, en tant que milieu élaboré par un être vivant, dans une harmonie normée, se voit mise à mal.

Si l’on met en parallèle cette définition avec celle du mot friche, du néerlandais versch/virsch « frais, nouveau » et lant « terre »4, c’est à dire une terre qu’on a gagnée sur la mer en l’endiguant, un autre possible se dessine. La présence de la nature en ville se voit ainsi enrichie d’un aspect inexploré, négligé, à l’abandon, inemployé, avec l’idée du terrain inculte, posant les jalons d’une nouvelle conception, d’un point de vue innovant, acide, sur la question.

Ces contours définitoires posés, et avec l’aide de points de vues d’autres disciplines, plusieurs pratiques artistiques permettent une mise en lumière et une pratique réflexive de la nature en ville par l’inter-espace que crée la friche, la marge, et les façons dont ces interstices sont contrôlés et normés par des pratiques contraignantes.

La question de l’appréhension des formes et des imaginaires que le vivant génère, ce que l’art peut inventer comme gestes et comme formes en se confrontant à la place du vivant en ville, se pose. Travailler un autre rapport aux territoires vivants en les pratiquant, les observant et en se laissant investir par eux permet une prise de recul quant à nos zones de confort et à notre manière d’habiter la ville, reconsidérant par là même la place des invisibles dans la ville, et comment certaines pratiques artistiques et visions du végétal peuvent permettre de leur rendre une certaine humanité. Par invisible on entend d’abord ce qui n’est pas humain, dans un contexte où l’organisation intégrale des activités humaines y est centrée autour de l’humain, et d’une vision bien spécifique de ce dernier, dont certains humains sont finalement exclus, invisibilisés5.

La friche permet alors un espace d’ouverture, de liberté éphémère, et la façon dont celle-ci tend à être contrôlée et normée, pose question plus largement. 

En mettant en lumière certaines démarches artistiques qui travaillent en ce sens, il s’agira de reconsidérer les différents écosystèmes qui constituent la ville pour mieux penser nos relations complexes avec ceux-ci, ou comme l’exprime l’artiste Myr Muratet au sujet de sa série Wasteland : «Si ces espaces sont des habitats-refuges pour les plantes et les animaux, ils le sont aussi pour les humains»6.

Comment cette perception élargie de la ville et de ceux qui la vivent vient-elle en remodeler les représentations que l’on s’en fait ?

La ville, comme point de départ, support ou matériau à la pratique des artistes dont nous analyseront quelques travaux, est vécue comme un espace co-construit et non pas comme l’expression d’une volonté humaine de modeler le monde à son image, ou en tout cas à l’image d’une société marchande capitalisée, et d’une philosophie exclusivement centrée sur l’homme et sa temporalité. Ainsi l’axe de pensée qui guidera nos analyses sera celui d’Anna Lowenhaupt Tsing (Le Champignon de la fin du monde, 2017) et nous permettra d’évoluer dans une analyse de formes activant l’idée d’une symbiopoïèse (c’est à dire le vivre ensemble sous le modèle du holobionte, sur la base d’une cohabitation en symbiose), opposée à une pensée autopoïétique, c’est à dire une histoire des relations entre êtres vivants uniquement basée sur l’idée d’exploitation.

Dans la voie ouverte par les Situationnistes et Fluxus, la ville sous son sens grec de polis, c’est à dire comme lieu de sentiments et de conflits, peut être travaillée à la façon de Francis Alÿs : ”à partir des résidus ou des espaces négatifs, des trous, des espaces entre”7. Au travers de mediums divers, les artistes parlent de populations vivantes. En les dépeignant directement, au travers d’une ville que l’on parcourt, en montrant tout autant les jeux d’enfants, les chiens errants, les vitres cassées, que les marchands ambulants, la réalisatrice Marion Desquenne avec son film Les anonymes de la Nation (2015)8, décrit la vie des invisibles autour du quartier de la Place de la Nation à l’Est de Paris. Par le filmage façon gonzo de quatre communautés d’anonymes gravitant autour de la place, graffeurs, biffins, skateurs et travailleurs clandestins d’Europe de l’Est, elle met en lumière des communautés claniques, illégales, anonymes, et souligne leur point commun : utiliser la rue, ces friches et espaces interstitiels, comme lieu de survie ou d’expression, dans un contexte urbain où aucune place, aucune réalité n’est conférée à ces communautés. Engageant une réflexion sur la gentrification en cours, ce film est aussi un plaidoyer pour le vivre ensemble, vivre ensemble que l’on peut rapprocher de la définition qu’en donne le naturaliste Jacques Tassin, observé entre les végétaux, c’est à dire l’idée de s’inspirer des écosystèmes sylvestres et de leur “façon d’appréhender l’adversité non comme une lutte mais de composer avec elle”. Cette vision de sobriété se résume par la phrase « les forêts les plus riches sont sur les sols les plus pauvres »9. Cela induit d’accepter une autre temporalité de la ville et de l’homme que celle qui est imposée à ces communautés, temporalité qui serait plus proche du monde végétal que de la société catégorisée dans laquelle l’humain doit se construire au risque d’être considéré comme marge et donc comme gêne. 

Marion Desquenne, Les anonymes de la nation, 2015, image extraite du film, 52 minutes.

Dans une optique complémentaire, l’artiste Nicolas Michot induit par ces travaux un questionnement sur cette hypernormativité des villes, et sur les espaces de liberté possibles qu’engendre la pratique libre de la friche dans ce contexte. Par son regard et ses pratiques multiples de ces espaces abandonnés il ouvre une possibilité de réappropriation positive. L’espace de la friche, vidé de ses attributs fonctionnels permet d’ouvrir un nouvel imaginaire, un autre rapport corps/espace. Le fait de se laisser inspirer, traverser par ses lieux et leur écosystème permet donc de visibiliser les espaces invisibles, et de les transformer en lieux de projections, d’imaginaire. La destruction ouvre des points de vue, engage quelque chose à rejouer, tout comme le font les ready made, et le lieu devient support. Débarrassées de leur aspect fonctionnel les friches ouvrent sur des micro-espaces, et permettent l’apparition de micrologies anarchiques, de zones de liberté dans un cadre physique lui aussi contraignant, mettant à mal le rapport d’usage, en questionnant la codification de la ville : en zones, frontières, panneaux, symboles. Selon l’artiste10 c’est un moyen de codifier et interpréter nos instincts qui est mis en lumière, notre besoin de territorialiser les choses, car l’instinct sans codification n’est que nature sauvage. Sauvage dans le sens premier du mot, lié au domaine végétal plutôt qu’animal, contrairement à nos constructions socio-culturelles du mot, c’est à dire de la racine latine silva : la plante qui survit. Ainsi, en rapprochant cette pratique de la friche à celle de la physiologie végétale, ou phytobiologie, c’est à dire à la science qui étudie la relation des végétaux avec leur environnement, un parallèle imageant peut se construire. L’homme peut utiliser la nature et la détourner pour nuire à l’homme, dans une logique de possession et de dépossession, de construction et de destruction, qui prend forme dans l’appropriation et l’occupation de l’espace. Mais la friche comme interstice pose un problème identificatoire : elle n’est pas consommable, sauf en tant qu’action vécue, que plaisir immédiat, spontané et individuel, par exemple par le graffiti ou la fête libre, dans une idée d’éphémère et de zone qui ne peut et ne doit pas être normée. Cette vision est partagée par le naturaliste Eric Lenoir11, selon lui notre façon d’envisager, de contrôler, de contraindre nos interstices, montre quelque chose de nous, de notre environnement. Il s’agit de retourner à une pratique de la nature basée sur une idée d’instinct et d’intuition, dénuée de logique de propriété ou de marchandisation, en considérant la richesse des plantes en dormance dans le sol. 

Nicolas Michot, images de friches, 2020

Dans ces séries photographiques, Atlas of forms (2017) et Restricted Areas (2010), Eric Tabuchi collecte des éléments enfrichés, selon des critères rudimentaires de géométrie (cercle, carré, triangle, polygone) ou d’état (chantier, achevé, abandon ou ruine) qui “se combinent et se succèdent, dans une longue divagation, sorte de mélopée hypnotique avec ses récurrences et ses variantes, ses répétitions et ses ruptures, ses harmonies et ses dissonances”12. Il qualifie son travail d’ ”éloge de la diversité, de toutes les diversités”, et rend visible des espaces dénigrés, pour leur qualités esthétiques et le vide que ceux-ci convoient. Sa série Restricted Areas (2010) en particulier, met en lumière une série de dispositifs destinés à rendre des lieux inaccessibles aux gens du voyages, ce qui fait écho à la définition même des dispositifs de contrainte humaine vus en introduction de ce texte. 

Eric Tabuchi, image extraite de la série Restricted Areas, 2010

Avec un travail photographique sériel basé sur la rencontre humaine, des hommes et des plantes vivant en friches urbaines, Myr Muratet met en lumière les enjeux de domination sur l’habitat précaire. Il recense d’une part les végétaux évoluant en friche et leur grande diversité dans des travaux en collaboration avec des écologues (ceux dont le métier consiste à étudier les relations entre les organismes et le monde environnant) comme Manuel d’écologie urbaine (2019) ou Flore des friches urbaines (2017) qui recense les 258 plantes les plus communes des friches urbaines. Il décrit également les humains qui y prennent racine via un travail du portrait (série Wasteland, 2009-2019) qui lui permet d’établir un parallèle plastique entre le motif de la nature et de l’humain autour de la notion de “zone de confort” et d’utopie de proximité. Par son travail il pose la question des alternatives pour essayer d’habiter la ville autrement, et met en lumière la violence des transformations naturelles et paysagères qui découlent des gestions des flux humains. Avec son travail autour de la frontière de Calais intitulé Calais, 29 km d’un dispositif de haute sécurité (2016) il rend visible les couloirs de clôtures surmontées de barbelé concertina (paré de lames de rasoirs), du creusement de douves, du déboisement et des inondations des terrains aux abords des terminaux du tunnel sous la manche. Ces dispositifs pensés pour gêner la progressions des clandestins, permettre leur surveillance et faciliter l’intervention des forces de l’ordre sont pensés et réalisés à l’échelle d’une ville entière pour contraindre l’homme. Myr Muratet en fait une pierre angulaire de son travail : “le dispositif surveille et contraint tout le monde et modèle profondément l’espace”. Ainsi, la nature en ville, les espaces de friches qui peuvent représenter des habitats transitoires pour des populations fragiles, deviennent pour Muratet des “espaces meurtris” qui permettent de redéfinir les friches comme des “structures complexes qui abritent une disparité de conditions de vie”. Selon lui : “elles peuvent générer des viviers de biodiversité comme elles peuvent les détruire. Elles sont elles-mêmes des organismes qui se développent, mutent, périclitent”13.

Myr Muratet, image extraite de la série Calais, 29 km d’un dispositif de haute sécurité, 2016

Myr Muratet, images extraites de la série Wastelands (2011-2018), et City Walk (2017-2018) : enrochement, pierre et bois.

Le botaniste Boris Presseq (Museum de Toulouse) engage en 2019 une action sur la voirie toulousaine : il identifie à la craie le nom de la flore urbaine méconnue, spontanée, qui pousse dans les anfractuosités du bitume, et ce dans une démarche de sensibilisation à l’existence et à la préservation de la flore sauvage. Interrogé sur sa pratique14, il cite quelques bienfaits des plantes urbaines sauvages : réduire les écarts thermiques qui abîment les murs en les ombrageant, lutter contre l’imperméabilisation des sols en permettant l’infiltration et donc des murs et des sols plus sains, créer des îlots de fraîcheur, et plus généralement repenser la place de la nature en ville et par conséquent place de l’homme en ville. En effet, en contexte hostile, les stratagèmes et la force colonisatrice des espèces moribondes sont puissants. La plasticité génétique des végétaux, c’est à dire l’énormité des réponses possibles à une situation d’éréthisme, engagent une créativité dont l’homme pourrait s’inspirer. Le besoin de changer de regard se fait pressant selon lui, la rupture avec le végétal vient de trois topoï inébranlables de l’anthropocentrisme contemporain : l’inertie de la nature dans l’oeil culturel de l’homme (point de vue fixe, la nature est inerte, elle n’est donc pas aussi vivante que l’homme), la domination qui en découle (tailler, tondre, les jardins à la française) qui est renforcée par l’idée insupportable à l’humain d’immortalité du végétal et le combat inconscient contre le végétal (mutiler les plantes pour effacer leur immortalité). Il mentionne aussi la dissonance cognitive entre l’idée de l’animal, en particulier du mammifère, qui n’a que deux états clairement identifiables : mort OU vivant, et le végétal, plus complexe car cyclique, qui continue de vivre même si on en coupe une partie (voir à ce sujet Florence Burgat et l’anecdote de l’olivier de Théophraste15). Cette rupture met donc l’homme en position d’exploitant, et lui permet d’invisibiliser certaines espèces, comme les espèces exotiques envahissantes (frelons asiatiques, ou encore microbes) qui sont marginalisées, vues comme néfastes. La transposition que l’on peut alors faire avec l’humain est sans appel : migrants, précaires, marginaux y sont identifiés, comme “espèces envahissantes” et comme catégories inférieures d’humanités, et leur contraintes par ces dispositifs correspondent à la volonté de domestication et normativité extrême du monde végétal. 

Boris Presseq, Morelle noire, craie sur trottoir, 2019

Que pouvons nous conclure de ces analyses ? Le monde végétal peut être réapproprié par des forces contraignantes et normatives, induisant un cercle pervers dans lequel l’homme est empêché d’habiter par les matériaux mêmes de base de l’habitat. Le paysage est parfois profondément modifié, voire blessé, par la main de l’homme et à nouveau pour contraindre l’homme, réactivant cette image de cycle autodestructeur. La friche comme espace de liberté et de résistance, par la diversité de ces habitants, végétaux ou humains, peut alors ouvrir de nouvelles possibilités réflexives et des espaces de création et de questionnement, libres, au moins pour un temps, qui permettent, par l’observation de la nature, de comprendre l’homme.

Bibilographie

Ouvrages :

BABARIT Marc, BRUNI Gilles, Le jardin dans la friche,Éditions Zédélé, Brest, 2006.

BAZIN Hugues, Espaces populaires de création culturelle – Enjeux d’une recherche-action situationnelle, 2006.

BURGAT Florence, Qu’est-ce qu’être une plante ? Essai sur la vie végétale,Paris, Seuil, 2020.

CLÉMENT Gilles, Manifeste du tiers paysage, Éditions du Commun, Paris, 2014.

BURRET Antoine, Tiers-Lieux et plus si affinités, Limoges, FYP, 2015.

LATOUR Bruno, Les microbes : guerre et paix, Editions La découverte, 1984.

LEMOINE Stéphanie, OUARDI Samira, Artivisme, Art, Action politique et résistance culturelle, Paris, éditions Alternatives, 2010.

LENOIR Eric, Petit traité du jardin punk, Éditions Terre Vivante, Saint-Baudille-et-Pipet, 2018.

MAUNAYE Emmanuelle (éd.),Friches, squats et autres lieux: les nouveaux territoires de l’art ?, Arles, France, Actes Sud, 2004.

MURATET Audrey, MURATET Myr, PELLATON Marie, Flore des friches urbaines, Editions Xavier Barral, Paris, 2017.

RAFFIN Fabrice, Friches industrielles. Un monde culturel européen en mutation, Logiques sociales, Paris, L’Harmattan, 2007.

TASSIN Jacques, Penser comme un arbre, Editions Odile Jacob, Paris, 2020.

VANHAMME Marie, LOUBON, Patrice, Arts en friches, Usines désaffectées : fabriques d’imaginaires, éditions Alternatives, Biarritz, 2001.

Articles : 

DURAND Jean-Marie, “Le petit peuple de la place de la Nation”, in Les Inrockuptibles, mai 2015, via 

https://www.lesinrocks.com/2015/05/12/medias/medias/le-petit-peuple-de-la-place-de-la-nation/

LESTRADE Didier, “Le guide du jardinier punk”, in Slate, décembre 2018, via  https://www.lesinrocks.com/2015/05/12/medias/medias/le-petit-peuple-de-la-place-de-la-nation/ 

Sitographie : 

https://www.myrmuratet.com
https://www.erictabuchi.net

Sources visuelles :

DESQUENNE Marion, Les anonymes de la nation, 2015, film, 52 minutes, Editeur Gad Productions

PRESSEQ Boris, mini vidéo Brut Nature par Florian Thomas (2019) via 

https://www.brut.media/fr/entertainment/toulouse-ce-botaniste-trace-a-la-craie-le-nom-des-plantes-sauvages-f1bbaded-03d9-4f27-9f66-f7bbea25df31

Corpus d’images (dans l’ordre d’apparition) : 

DESQUENNE Marion, Les anonymes de la nation, 2015, film, 52 minutes, Editeur Gad Productions

MICHOT Nicolas, Images de friches, Toulouse, 2020 

MURATET Myr, série photographique, Calais, 29 km d’un dispositif de haute sécurité, 2016

MURATET Myr, série photographique Wastelands (2011-2018), City Walk (2017-2018)

PRESSEQ Boris, Morelle noire, processus d’écriture à la craie sur trottoir, 2019

TABUCHI Eric, série photographique Restricted Areas, 2010 in Atlas of forms, octobre 2017


  1. voir l’illustration de l’enrochement dans les visuels des travaux de l’artiste Myr Muratet []
  2. via https://www.cnrtl.fr/etymologie/éréthisme  []
  3. traduction allemande du français environnement, qui appelle plutôt au sens d’un monde qui nous entoure, nous enveloppe, et dont nous faisons partie intégrante. []
  4.  via https://www.cnrtl.fr/etymologie/friche  []
  5.  voir à ce sujet le traitement des microbes dans Les microbes : guerre et paix, Bruno Latour, Editions La découverte, 1984. []
  6.  via https://www.myrmuratet.com l’artiste s’exprime au sujet de sa série photographique Wasteland (premiers temps, 2009-2010). []
  7.  via https://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=552  []
  8.  à ce sujet voir l’article https://www.lesinrocks.com/2015/05/12/medias/medias/le-petit-peuple-de-la-place-de-la-nation/  []
  9.  via Jacques Tassin, Penser comme un arbre, Editions Odile Jacob, Paris, 2020. []
  10. propos recueillis lors de divers entretiens en février et mars 2020. []
  11.  via l’ouvrage d’Eric Lenoir, Petit traité du jardin punk, Editions Terres Vivantes, 2018. []
  12.  via https://www.erictabuchi.net/Atlas-of-Forms-book  []
  13. via https://www.myrmuratet.com  []
  14.  entretien mené en mars 2020. []
  15.  Théophraste, philosophe de la Grèce antique, remarque qu’un ” olivier qui avait été un jour complètement brûlé reprit vie tout entier, corps d’arbre et frondaison ” via Florence Burgat, Qu’est ce qu’une plante ?, Seuil, 2020. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olga Panella (19 mars 2020). Éréthisme de la nature en ville : les dispositifs de contrainte observés par le prisme de pratiques artistiques et de pensées végétales. Art wastelands. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d4uc


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search